Archives de catégorie : Agenda

annonces, programmes de colloques et autres manifestations, soutenances, dates de cours, etc.

Séance du 16 février 2011 – Historiographie (2)

Le temps d’une séance, le 16 février 2011 (18h-20h. bibliothèque du CEHTA à l’INHA), l’atelier Les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire se transformera en un lieu de discussion ouvert aux questions pratiques liées à la mise en forme scripto-visuelle d’une recherche. En partenariat avec l’atelier des Masters du Lhivic (coordonné par Valentina Grossi et Pier-Alexis Vial) la discussion sera ouverte autour des questions relatives aux modalités de l’intégration des images comme documents au sein d’un mémoire ou d’une thèse. Quel statut les images fixes peuvent-elles occuper? S’agit-il d’illustration, d’argument, de document? Faut-il les intégrer au sein du texte ou les réunir dans un carnet mis en annexe?  Comment ces images doivent-elles être légendées? Est-il également possible d’intégrer des images en mouvement? Pourquoi? Comment? Au-delà d’une simple approche normative, on s’interrogera à partir de cas précis sur les problématiques relatives à la matérialité des images. Etant entendu qu’il n’existe pas une réponse unique à ces questions, cette séance sera largement ouverte au questionnement de chacun des participants et constituera une occasion de faire un point pratique sur cet aspect souvent non problématisé de la recherche.

Histoire et mémoire (séminaire Loriga- Revel) – 11 et 18 février

Les vendredi 11 et 18 février 2011 de 11h à 13h, deux séances du séminaire Histoire et mémoire. Perspectives historiographiques, de Sabina Loriga et Jacques Revel, seront dédiées à l’étude du film Shoah (1985) de Claude Lanzmann.

La première séance portera sur la question du montage. Ce sera l’occasion de s’interroger à traver l’étude des interventions de Martha Michelsohn dans Shoah sur l’écart entre la représentation que l’on se fait de cette étape du film (1979-1985) et la manière dont elle a été conçue par le réalisateur et la monteuse (Ziva Postec). Des extraits du Diary de David Perlov (1973-1983), de La Monteuse et la propriétaire de Claude Thiebaut (1983), de la Masterclass filmée avec Ziva Postec (2010) et de Shoah de Claude Lanzmann (1985) seront diffusés.

La seconde séance portera sur la question des choix historiographiques. Il s’agira de se demander : Dans quelle mesure la réalisation d’un film s’inscrit-elle dans un débat historiographique ? On développera, dans le cadre de cette communication, la manière dont le réalisateur a opéré des choix de type historiographique à l’articulation entre les positions défendues par Raul Hilberg et celle de Yehuda Bauer. Des extraits des interventions de Raul Hilberg dans Shoah seront diffusés.

Les deux séances se dérouleront au bâtiment : Le France, 190-198 ave de France (salle de réunion – 8e étage) 75013 Paris.

Séance du mardi 1er février avec Henry Rousso

La séance du mardi 1er février 2011 sera consacrée à la diffusion et à la présentation du film Pétain (Arte, 2010) dont l’historien Henry Rousso (directeur de recherche au CNRS-IHTP) est le co-auteur. Vous pouvez trouver plus d’informations sur la page dédiée au film sur le site de la chaine Arte. Henry Rousso interviendra à partir de 19h afin de présenter les choix historiographiques et les différentes étapes de la mise en récit du film. Il s’agira moins d’un exposé magistral que d’une discussion ouverte avec les participants de l’atelier.

Pour que la séance soit plus riche, il serait souhaitable que chacun puisse voir le film. Pour ceux qui le souhaitent, le film, présenté par Vincent Auzas (doctorant à Nanterre et Laval, associé à l’IHTP), sera diffusé dans la bibliothèque du CEHTA à partir de 17h.

Enfin, ce même jour, entre 13-15h., le chapitre de l’ouvrage d’Henry Rousso, Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours (Seuil, 1987, rééd. 1990) portant sur le film de Marcel Ophuls et al. Le Chagrin et la Pitié sera discuté dans le cadre du séminaire Théories des images (document joint à ce mail). Sur ce dernier sujet, vous pouvez consulter une courte note historiographique sur Cinémadoc: le film comme symptôme

Ces séances sont, comme toujours, ouvertes aux auditeurs libres. Pour ce qui est du séminaire Théories des images (CRAL), il est préférable de me prévenir par mail (remybesson(a)gmail.com) avant et d’avoir lu le texte (qui sera introduit lors d’une séance précédente, 26 janvier). Ce séminaire se tient de 13 h à 15 h (INHA, salle Walter Benjamin, 6 rue des Petits-Champs 75002 Paris).



Séance du 26 janvier 2011 – Marie Voignier

Séance du 26 janvier 2011 avec Marie Voignier et Stefanie Baumann, INHA, Bibliothèque du CEHTA, 18h.-20h.

La première séance de l’atelier de cette année 2011 constituera l’occasion de s’interroger avec Marie Voignier (réalisatrice) et Stefanie Baumann (son assistante et doctorante à Paris8) sur le montage de son dernier film; L’hypothèse du Mokele-Mbembé (2011). Celui-ci a été tourné en 2010 au Sud du Cameroun et le montage vient d’être terminé (il va être présenté pour la première fois le 21 janvier à Roubaix). Nous consulterons ensemble les rushes d’une ou de deux séquences (une vingtaine de minutes par séquence), puis une étape intermédiaire du montage, jusqu’au montage final (deux à sept minutes par séquence). Ce film est particulièrement intéressant à étudier dans le cadre de l’atelier, car la vidéaste questionne depuis maintenant plusieurs années la porosité entre fiction et documentaire, imaginaire et réalité, construction et captation du réel, Marie Voignier présentant en ces termes son film :

Le Mokélé-Mbembé est décrit par les Pygmées comme une sorte de grand rhinocéros avec un très long cou, une petite tête et une large queue puissante, capable de renverser les pirogues. Certains Pygmées affirment avoir vu des empreintes de pattes munies de trois griffes dans le sol. Cet animal terrifiant qui ressemble à un dinosaure est présent dans les récits des Pygmées Baka depuis plus de deux siècles. Cependant, son existence n’est pas reconnue scientifiquement. Aucun spécimen, aucun squelette ni aucune dent n’ont à ce jour été portés à la connaissance des zoologistes, qui ne croient pas en l’existence de cette espèce autrement que sur un plan mythologique. Michel Ballot est quant à lui convaincu que les récits de cette région de l’Afrique ont un fond de vérité et que cette bête existe bel et bien. Pour tenter de le prouver, il organise régulièrement des expéditions dans les zones où elle aurait été aperçue. J’ai proposé à Michel Ballot de faire un film de l’une de ses expéditions. L’intention n’est surtout pas de prendre parti pour ou contre l’existence du Mokelé-Mbembé.
Je souhaite plutôt faire corps avec l’expédition menée par Michel Ballot, me mettre au service de sa recherche et suivre sa logique aussi loin que possible, jusqu’à ce que le spectateur puisse, en le suivant dans sa recherche et en écoutant les récits des Pygmées, imaginer la bête, la distinguer tapie derrière un buisson ou immergée au fond de la rivière. Le sujet du film n’est donc pas le Mokele-Mbembé. Le sujet du film est la croyance : la croyance d’un homme dans sa quête ; la croyance des Pygmées dans cet animal; et la croyance éprouvée du spectateur.

Cette séance s’articule avec une autre séance qui aura lieu le mardi 1er février entre 17 et 20h et qui constituera une occasion d’échanger avec l’historien Henry Rousso qui est le co-auteur du film Pétain (2010, Arte). Ce dernier viendra également présenter plusieurs séquences et plans de travail. Dans les deux cas, il s’agira concrètement de s’interroger ensemble sur la manière dont un film se construit et sur l’étape essentielle que constitue le montage.

Cinéma et Temps Présent (2)

Entre 18h et minuit le dimanche 16 janvier 2011 est organisée une soirée débat aux Cinoches de Ris-Orangis. En partenariat avec Les Rendez-vous de l’histoire de Blois, deux films seront projetés et accompagnés d’un débat. Le premier est Hunger – qui a remporté l’année dernière le prix du film de fiction de l’Institut d’Histoire du Temps Présent – et le second Des Hommes et des dieux . J’introduirai la soirée et les deux films seront introduits respectivement par Fanny Lautissier (EHESS) et Stéphanie Louis (EHESS). Vous trouverez la programme et la présentation des films ci-dessous :

Ciné-débats Ris-Orangis 2

Séance du 15 décembre 2010

La séance du 15 décembre 2010 (INHA, Bibliothèque du Cehta, 17h.-19h.) est commune aux différents ateliers du Lhivic. Ce sera l’occasion de faire un point historiographique sur les différents rapports entre écriture de l’histoire et mise en image du passé, soit pour le dire plus simplement entre Histoire et Cinéma-Photographie. Dans ce cadre, je vous présenterai une première version de l’introduction d’un ouvrage méthodologique que nous écrivons actuellement avec Marie Chominot. Cette séance constituera également l’occasion de vous présenter et de discuter autour de la première partie du livre, qui suivant le cahier des charges de la collection Repères (La Découverte), portera sur l’historiographie du champ. Lors d’une seconde séance, le 16 février 2010, Marie Cheminot présentera un état de l’avancée de la seconde partie du livre qui s’articule autour d’études de cas et d’une approche plus pratique.

Dans cette perspective je vous invite à relire les notes mises en lignes entre juin et début août 2010 sur Cinémadoc (Une page dédiée a été conçue à cet effet). Comme convenu lors de la dernière séance, je vous conseille trois ou quatre textes en particulier. Premièrement la note portant sur les articles de Georges Sadoul publiés dans L’histoire et ses méthodes en 1961. Ces articles constituent un état de la recherche avant que les historiens ne s’intéressent au film comme un objet. Deuxièmement la note portant sur l’introduction à L’historien et le film, de Christian Delage et Vincent Guigueno et/ ou la note sur L’histoire par la photographie d’Ilsen About et Clément Chéroux. Troisièmement, je vous conseille le texte Image et Contexte – Christian Delporte, qui propose une méthode différente de celle que l’on pratique.

Cinéma et Temps Présent

Entre 18h et minuit le vendredi 17 décembre 2010 est organisée une soirée débat aux Cinoches de Ris-Orangis. En partenariat avec Les Rendez-vous de l’histoire de Blois, deux films seront projetés et accompagnés d’un débat.  Le premier est Inglourious Basterds et le second Vincere qui a remporté cette année le prix du film de fiction de l’Institut d’Histoire du Temps Présent. La soirée sera introduite par Jean-Marie Génard. Vous trouverez la programme et la présentation des films ci-dessous :

Inglourious Basterds :  L’action du dernier film de Quentin Tarantino se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale, mais il ne s’agit pas d’un film respectueux des faits historiques passés. Tout au contraire le réalisateur, cinéphile fou et amateur de séries B, propose une histoire bourrée d’anachronismes et de séquences décalées. Dans ce cadre, le groupe de soldats juifs américains qu’il met en scène, venus en Europe pour tuer un maximum de nazis avant la fin de la guerre, peut être vu comme un symbole d’une volonté d’affirmer la réappropriation de la violence par les Juifs. (Rémy Besson)

Vincere : Marco Bellocchio met en scène l’histoire de la femme et du fils cachés de Mussolini. Mêlant documents d’archive et fiction, il orchestre un mélodrame furieux, porté par l’actrice Giovanna Mezzogiorno qui renoue avec la démesure des héroïnes de la tragédie grecque. Un regard en biais sur le fascisme et son pouvoir de fascination (Anne-Violaine Houcke)

Une seconde soirée sera organisée fin janvier 2011 autour des films Hunger et Des Hommes et des dieux en présence de Christian Delage, Fanny Lautissier et Stéphanie Louis.
Ciné débat les RDV de l'histoire déc 2010

La dissidence filmée. Mardi 7 décembre

Vous trouverez ci-dessous la reprise de l’annonce d’un séminaire de l’EHESS autour du documentaire de Ruth Zylberman, “Dissidents. Les artisans de la liberté” (2009), produit par Zadig Productions et Arte France (voir en ligne). Cette séance, qui débutera par une projection, se tiendra le mardi 7 décembre, de 16h-20h dans l’amphithéâtre de l’EHESS au 105 bvd Raspail (métro Notre-Dame-des-Champs ou Saint-Placide).

“Dans ce film Ruth Zylberman retrace l’histoire de la dissidence en Europe de l’Est à partir du fil ténu des vies de dissidents. Elle restitue ainsi la matière unique d’une opposition politique dans laquelle les engagements collectifs, les grandes manifestations se mêlaient aux actes de la résistance quotidienne et solitaire. Scandé par les grands événements que furent 1956, 1968, 1989, le documentaire croise les témoignages d’anciens dissidents que la réalisatrice a rencontrés, avec les images d’archives et les images des lieux que ses interlocuteurs la conduisent à traverser.

Réunis autour de la cinéaste, des spécialistes des sciences sociales et de l’Europe centrale rendront compte de la réception du film dans leur discipline. La richesse cinématographique du documentaire ouvre sur un éventail de questions historiographiques, biographiques, mémorielles, politiques, qui seront discutées. C’est également la question du passé, de son récit dans les témoignages, de sa présence dans des images, et de sa transmission dans le travail de la réalisatrice qui sera débattue.” (texte rédigé par Morgane Labbé).
Le documentaire a reçu le Prix du documentaire historique lors des Rendez-vous de l’histoire de Blois en octobre 2010.
Il s’agit d’une séance commune au séminaire du GRIHL (Écritures du passé : visualisation, localisations) et au séminaire de Jérôme Heurtaux et Morgane Labbé (Les États en Europe centrale et orientale 19e-21e siècles. Approches croisées des sciences sociales). Avec la collaboration de l’Institut Polonais.
Organisateurs et intervenants :
Rémy Besson, doctorant en histoire à l’EHESS (Lhivic, associé à l’IHTP)
Marek Beylin, éditorialiste au journal Gazeta Wyborcza (Varsovie)
Jérôme Heurtaux, maître de conférence à l’université Paris-Dauphine (IRISSO)
Morgane Labbé, maître de conférences à l’EHESS (CRIA)
Judith Lyon-Caen, maître de conférences à l’EHESS (CRH-GRIHL)
Antoine Marès, professeur d’histoire à l’université Paris-1
Ruth Zylberman, réalisatrice

Le Petit Récit Visuel, 12 novembre

La  journée d’étude sur Le petit récit visuel se tiendra le vendredi 12 novembre, de 9h30 à 18h, à l’INHA en salle Vasari (2 rue Vivienne, 75002, Paris, métro Bourse).

La journée sera retransmise en direct en streaming sur Cinémadoc! Ceux qui ne peuvent pas venir à l’INHA sont donc invités à se connecter à partir de 9h30!

Durant celle-ci, sept études de cas seront présentées en une trentaine de minutes chacune par de jeunes chercheurs travaillant sur des formes visuelles (films et corpus photographiques). En début d’après-midi, un film d’Andreas Fohr sera projeté et une discussion avec le vidéaste aura lieu. La question méthodologique commune aux différentes interventions de cette journée sera celle de la définition de modalités permettant d’appréhender les jeux et frottements entre des images considérées comme relevant a priori de natures (documentaire vs fictive) ou de types différents (archive vs image au présent). La mobilisation de la notion de petit récit visuel nous permet de rendre compte de notre volonté de faire place à l’étude du surgissement, de l’écart, de la digression, au sein même du récit. On entend par là, par exemple, le fait que dans un film, pour un instant seulement, la narration visuelle peut faire place à un jeu, une insertion, un mouvement qui semblent et/ou qui constituent un petit récit.

Vous trouverez le programme détaillé des interventions sur le blog créé à cet effet sur Culture visuelle.

Nous espérons vous trouver nombreux pour cette journée!

Un récit en archives, le cas de la série Apocalypse (2009)

Dans le cadre de la séance du 5 mai 2010 de l’atelier Les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire, nous aborderons la question de la mise en récit de la seconde Guerre Mondiale à partir d’images d’archive recolorisées et remontées dans le film Apocalypse. Il s’agit d’une série documentaire (6×52 minutes) de Jean-Louis Guillaud, Henri de Turenne, Isabelle Clarke et Daniel Costelle, réalisée par Isabelle Clarke et dont les commentaires ont été écrits par Daniel Costelle. Dans un premier temps, nous nous retrouverons (18h.-19h30.) afin d’appréhender la réception de ce film récent et d’en regarder des extraits. Dans un second temps (19h30-21h), nous discuterons pratiquement et pragmatiquement avec plusieurs personnes qui ont participé à sa conception : Antoine Dauer, assistant réalisateur sur toute la série, Mathilde Rougeron, monteuse (3ème épisode) et Mounia Arghib, stagiaire documentaliste.

Dans l’optique de cette séance je vous invite à consulter le site dédié à cette série par France 2.

Les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire
Séance  du 5 mai 2010 avec Antoine Dauer, assistant réalisateur, Mathilde Rougeron, monteuse (3ème épisode) et Mounia Arghib, stagiaire documentaliste.
INHA bibliothèque du CEHTA, 18h.-21h.