Archives de catégorie : Signalements

citation de contenu en ligne avec renvoi vers la source, communiqués, annonces diverses hors agenda.

Médiation des mémoires en ligne

Vous trouverez ci-dessous un appel à publication pour un numéro de Les Cahiers du Numérique que je co-dirige avec Claire Scopsi (MCF au CNAM) qui porte pour titre:  « Médiation des mémoires en ligne » (Intention de soumission : 30/09/2015). Il se trouve aussi au format PDF sur le site de la revue.

Objectif:

Depuis dix ans, l’ouverture de sites d’hébergement vidéo, tels que Youtube ou Dailymotion, donne une visibilité nouvelle aux entretiens filmés avec des acteurs et des témoins de l’histoire. De plus, d’autres formats audio-visuels : journaux intimes, parcours sonores, lettres filmées, expositions virtuelles d’objets ou de documents numérisés, ont émergé. Leur production est, en partie, rendue possible par la progressive démocratisation des outils de captation vidéo (caméras numériques, téléphones portables, tablettes, etc.) et des logiciels de montage (parfois fournis lors de l’achat du matériel). Ces technologies rendent, en effet, accessibles au plus grand nombre, dans un quasi continuum, l’opération de collecte d’images animées et de son, ainsi que leur valorisation en ligne. Traditionnellement produites par des institutions liées au patrimoine elles émanent aussi de plus en plus souvent de particuliers, d’associations d’amateurs ou de communautés (Boyd et Larson, 2014). Continuer la lecture de Médiation des mémoires en ligne

L’attrait de l’archive

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur le site Nonfiction.fr car il porte sur les archives cinématographiques, thème que j’ai déjà eu l’occasion de discuter sur ce carnet de recherche.

La revue québécoise d’études cinématographiques Cinémas consacre cette année un dossier de six articles et de deux comptes rendus à l’Attrait de l’archive. Le sujet choisi s’inscrit dans ce qu’il est aujourd’hui possible de désigner comme constituant un effet de mode. Il n’est qu’à rappeler, à titre d’exemple, que le congrès de l’Association française des enseignants et chercheurs en cinéma et audiovisuel était consacré en 2012 à Des sources aux réseaux : tout est archive ? Le numéro 18 de la revue Intermédialités consacré au verbe archiver ; ou encore le titre du dernier ouvrage de Matteo Treleani, Mémoires audiovisuelles : les archives en ligne ont-elles un sens ? (lire la suite).

Téléphone mobile et création

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, portant sur le livre collective Téléphone mobile et création, coordonné par Laurence Allard, Laurent Creton et Roger Odin, car je sais qu’il ne manquera pas d’intéresser les lecteurs de Culture Visuelle en général et certains membres du Lhivic en particulier.

Téléphone mobile et création a moins pour sujet des œuvres conçues avec des portables que la manière dont les usages de cet objet transforment notre rapport quotidien à la créativité. Le choix guidant la rédaction de cet ouvrage collectif consiste ainsi à proposer une approche culturaliste de l’émergence de pratiques associées à une nouvelle technologie. La très large démocratisation d’un outil pouvant servir à la création, tel que le mobile, conduit en fait les auteurs réunis dans ce livre à s’intéresser prioritairement à la manière dont les mobiles modifient les conditions du vivre ensemble et de l’engagement social et politique. Il est ici remarquable que Laurence Allard, Laurent Creton et Roger Odin, qui codirigent cette publication, aient pour cela fait appel à des chercheurs issus des différentes disciplines (études cinématographiques, anthropologie, communication, sémiologie, marketing, philosophie, psychanalyse) et à des professionnels du secteur (lire la suite).

Je copie également ici un passage qui de l’article de William Urrichio, qui a particulièrement retenu mon attention et qui, je l’espère, vous intéressera également:

Dans les webdocumentaires l’implication des usagers est recherchée  » non pas seulement pour documenter le passé de la communauté, mais pour jouer un rôle actif dans la construction de son futur. (…) Moins un artefact (dans le sens d’une production bouclée une fois pour toutes) qu’un forum proliférant de documentation, de réflexions et d’échanges, les projets de type Sandy ou Hollow [il s’agit d’exemples de webdocumentaires] ouvrent la voie vers une dimension nouvelle et largement inexplorée du « nouveau documentaire » dont il nous faut tenir compte. Leur caractère citoyen ouvre de nombreuses perspectives, donnant aux communautés la possibilité de partager leurs connaissances et leurs expériences; ils motivent les individus et les incitent à une forte participation. (…) Ces informations pourraient être reprises pour encourage une participation plus soutenue. Parce qu’il n’y a pas de texte fixé une fois pour toutes mais plutôt un environnement textuel susceptible d’ouvrir des possibilités de récits, les producteurs peuvent en permanence redéfinir leur projet en tenant compte des pratiques dominantes et du feedback des usagers. Avec la longue vie de certains projets, la capacité à continuellement mettre en phases un documentaire interactif avec les pratiques de ses usagers offre un moyen extrêmement puissant et nouveau pour inviter à l’exploration. »

William Uricchio, « Repenser le documentaire social », dans Laurence Allard, Laurent Creton et Roger Odin, Téléphone mobile et création, Armand Colin/ Recherches, Paris, 2014, p. 75-76.

Retour à l’école? – Un film comme source pour l’histoire de la formation

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur Nonfiction, portant sur l’ouvrage de Françoise F. Laot, Un film comme source pour l’histoire de la formation des adultes hommes… et femmes. Cela constitue aussi pour moi une occasion de vous annoncer la tenue dans quelques semaines d’une journée d’études consacrée aux Pratiques pédagogiques et usages de la vidéo en ligne (30 juin 2014, Centre Branly à l’ICP, Paris).

Le dernier ouvrage de Françoise F. Laot a été publié dans une collection intitulée Histoire des institutions scientifiques (Presses Universitaires de Nancy), qui « s’intéresse à la genèse et à l’évolution des institutions d’enseignement supérieur en réhabilitant des groupes professionnels et des acteurs ». L’institution étudiée ici, d’avant-garde de par les expérimentations pédagogiques qu’elle propose, est le Centre universitaire de coopération économique et sociale de Nancy (Cuces) et plus largement la question de la formation des adultes en France. Les acteurs réhabilités sont les femmes qui ont pris part à ce mouvement entre la toute fin des années 1950 et le début des années 1970. L’originalité méthodologique est de faire porter cette recherche sur un moyen métrage, Retour à l’école ? (A. Bercovitz et J. Demeure, 1966-1967, 45 min.). Lire la suite.

Je tiens ici à remercier Michael Bourgatte qui m’avait signalé cette publication.

Ravensbrück : un regard tourné vers le présent

Le vendredi 7 février à 14h30, j’ai le plaisir de présenter à Montréal une communication portant le titre, Ravensbrück : un regard tourné vers le présent, dans le cadre du séminaire du groupe de recherche Mémoire musicale et résistance dans les camps (dir. Philippe Despoix).

Résumé des enjeux de la communication:

Quel(s) référent(s) est désigné par le terme Ravensbrück ? Dans quel(s) contexte(s) celui-ci devient-il compréhensible ? Quelles connotations sont associées à ce mot ? Afin de répondre à ces questions, la communication sera le lieu d’incessants aller-retours entre le temps des faits – celui de l’univers concentrationnaire nazi (1933-1945) – et celui du devenir de l’événement (1945- ). Il s’agira ainsi de faire dialoguer des traces hétérogènes (documents scripturaires, écrits historiens, photographies et films, notamment) renvoyant à différents régimes de temporalité. À la croisée d’une histoire des totalitarismes et d’une étude intermédiale des représentations, l’objectif sera de rendre compte de la complexité des enjeux à considérer afin d’appréhender Ravensbrück en historien du temps présent. (pour en savoir plus).

Guerre et cinéma : perspectives historiographiques – 23 janvier 2014

Coordonné par Raphaëlle Branche et Olivier Wievorka, le séminaire de Master histoire, intitulé Guerre et cinéma (Paris 1), vise à faire connaître les grandes problématiques relatives aux représentations de la guerre dans le cinéma. La première séance, le 23 janvier 2014 de 9h à 13h, sera l’occasion d’une présentation historiographique des rapports entre Histoire et cinéma. Les deux autres séances porteront sur la Fabrique du documentaire: du livre au film, autour de Palestro, Algérie. Histoires d’une embuscade (R. Branche) et Dans les coulisses de la réalisation, avec Gabriel Le Bomin, qui est notamment le réalisateur des Fragments d’Antonin (cf. sur Cinémadoc).

Informations pratiques: : Guerre et cinéma: perspectives historiographiques (Rémy Besson), la première séance du séminaire se déroulera en salle 159 au 59-61 rue Pouchet dans le 17ème arrondissement.

Les fragments d’Antonin – 7 janvier 2014

Le mardi 7 janvier 2014 une soirée débat est organisée à partir de 20h30 aux Cinoches de Ris-Orangis. Le film de Gabriel Le Bomin, les Fragments d’Antonin (2006, 90 min.) sera diffusé. Il s’agit de l’ouverture d’un nouveau cycle après celui de 2013, qui portera – en ces temps de commémoration – sur la mémoire de la Première Guerre mondiale. Vincent Auzas (docteur en histoire) et Aude-Marie Lalanne-Berdouticq (doctorante en histoire à Paris Ouest) présenteront, par la suite, La Grande illusion (Jean Renoir, 1937) et La Vie et rien d’autre (Bertrand Tavernier, 1989).

Présentation du film:

Un soldat assis frappe convulsivement le sol avec son pied gauche, un homme couché sur une civière laisse entrevoir une jambe tremblante, un individu apeuré s’échappe à la vue d’un képi, des hommes nus aux dos arqués marchent d’un pas lent. C’est par huit courtes séquences d’archive de ce type que s’ouvre le film de Gabriel Le Bomin. Issues des fonds de l’ECPAD celles-ci renvoient à des thérapies expérimentales qui ont été menées avec des soldats traumatisés par la guerre de 14-18. Entre 1917 et 1920, il s’agit des premières tentatives de prise en compte de blessures d’un nouveau genre. En effet, ces soldats ne sont pas blessés physiquement, mais mentalement. Immédiatement après ces plans, le protagoniste principal du film apparaît. Il s’agit d’Antonin, un poilu mutique à peine revenu du front. Ce dernier fait des gestes, puis après quelque temps prononce quelques mots, quelques noms pour être tout à fait juste, toujours les mêmes. Il y a là une énigme initiale redoublée. D’abord documentaire: quelle est la signification de ces plans tournés à la fin du conflit? Quelles ont été leurs conditions de production et surtout leurs fonctions? Fictionnelle ensuite: quel est le trouble donc souffre ce personnage en particulier? A quels mystères ces gestes et ces paroles renvoient-ils? Le film s’attache à répondre à cette seconde série de questions, éclairant par la même la première. Un montage enlevé faisant alterner des séquences renvoyant à différentes temporalités: le front, la vie à l’arrière-front, l’hôpital militaire pendant le conflit, l’immédiat après-guerre, conduit à dénouer chacun des fils d’une intrigue qui semble d’abord très embrouillée. Les images d’archive ont pour fonction d’ancrer le récit dans un rapport à des faits authentiques. La fiction nous invite à un supplément d’imagination en représentant ce qui a pu se passer dans un cas précis. Dans la fiction, le carnet intime tenu consciencieusement par Antonin est un nouvel objet médiateur. Il écrit, « combien de temps faut-il pour faire un homme, combien de temps faut-il pour le détruire ». Le plan durant lequel il écrit ses mots, lui aussi monté au tout début du film accompagne le spectateur tout au long de la séance. Antonin est un homme sans mémoire. Il est en fragment. Il est détruit, comment cela est-il arrivé? Peut-il se reconstruire? Comment cela est-il possible? Arrivera-t-il à retrouver la signification des gestes qu’il reproduit sans cesse? Pourra-t-il associer une histoire aux noms qu’il répète sans discontinuer? A ces questions chacune des séquences – sans que cela ne devienne jamais didactique – viennent répondre, jusqu’au plan final qui signe son retour parmi les vivants (cf. ill. ci-dessus).

Présentation du cycle:

Héroïque et patriotique dès les années 1920, antimilitariste et critique à partir des années 1960, la Première Guerre mondiale a donné lieu à de nombreuses représentations cinématographiques aux enjeux extrêmement différents. Depuis la fin des années 1980, un nouveau tournant a été pris. Il conduit à accorder une place centrale à la mémoire des poilus et aux commémorations. Le film de Bertrand Tavernier, La vie et rien d’autre (1989) a ouvert ce nouveau genre en posant la question: qu’est-ce qu’un soldat disparu? Le film de Gabriel Le Bomin, les Fragments d’Antonin (2006), qui porte sur un soldat ayant perdu la mémoire et la parole, en constitue une des formes les plus abouties. Ce nouveau cycle des mardis de l’histoire nous conduira également à projeter un classique incontournable, La Grande Illusion (Jean Renoir, 1937).

Ill. capture d’écran issue des Fragments d’Antonin, recadrée.

Outils pour la recherche – licence cinéma

S’il est depuis maintenant plusieurs années demandé aux étudiants de maîtriser les subtilités des logiciels de bureautique (sommaire automatique, feuille de style, saut de section, etc.), la « boîte à outils » qu’ils se doivent de posséder ne peut plus se limiter à cela. Cette note reprend quelques-unes des indications données à un groupe d’étudiants de licence cinéma à Paris 8. Les logiciels libres ont été favorisés quand cela était possible. De plus, des exemples de logiciels ou d’interfaces sont donnés. Cette liste n’a cependant rien d’exhaustif et chacun des exemples choisis ne constitue qu’une indication subjective1.

Il est attendu qu’un étudiant en cinéma soit capable de faire une capture d’écran (équivalent numérique du photogramme) à partir d’un DVD (ou de toute séquence filmée partagée en format numérique). Le logiciel VLC permet de faire cela très simplement (vidéo — capture d’écran). L’étudiant peut ensuite changer le format, la résolution et retoucher l’image obtenue avec un logiciel tel que TheGimp (version libre et gratuite du célèbre Photoshop). Il n’a ensuite plus qu’à l’intégrer à son écrit (produit avec un logiciel de traitement de texte), à sa présentation, à son billet de blog ou à sa propre vidéo.

Il est aussi nécessaire qu’il puisse télécharger les images animées qui se trouvent en ligne sur des sites d’hébergement tels que Youtube, Dailymotion, Vimeo (ou sur tout autre site de streaming). Il s’agit alors d’installer le plug-in Downloadhelper directement sur son navigateur (utiliser Firefox). Celui-ci permet de télécharger une vidéo en différents formats (flv ou mpeg, par exemple). Il doit ensuite être capable de les convertir dans le format qu’il souhaite. S’il doit se renseigner sur les offres de vidéo à la demande (VOD), l’étudiant est aujourd’hui amené à s’intéresser aux sites de partage de fichiers en ligne (P2P), s’il veut travailler sérieusement. Il doit alors connaître l’existence et le fonctionnement des sites partageant de torrents (en faisant usage d’un logiciel du type Utorrent).

Le fait d’être capable de transférer le contenu d’un DVD sur son ordinateur (ou sur son cloud) est un plus. Le logiciel HandBrake permet cela. Pour analyser les contenus audiovisuels ainsi collectés, l’étudiant est aujourd’hui invité à faire usage d’un logiciel d’annotation du type Ligne de temps. Il est aussi attendu de l’étudiant qu’il sache sélectionner et découper des extraits précis de ces vidéos (ou films). Plusieurs logiciels libres permettent cela (comme Krut), mais le plus complet est sans doute SnapzProX, couplé à Quicktime Pro (comme l’explique André Gunthert) ou à iMovie. Ce dernier logiciel permet de faire des bouts-à-bouts, si ce n’est de véritables montages, qui sont utiles pour préparer des présentations.

Une fois ces informations collectées, il est utile de pouvoir les stocker. Si un stockage sur le disque dur de l’ordinateur ou sur un disque dur externe est souhaitable, il est utile de connaître l’existence du Cloud computing et d’interfaces du type Dropbox (« service de stockage et de partage de copies de fichiers locaux en ligne », comme le rappelle Wikipédia). Une autre possibilité, si l’étudiant souhaite partager ses données, est de faire usage de Flickr ou de Picasa (pour ses images), de Soundcloud (pour ses sons), d’Issuu (pour ses PDF), de Slideshare (pour ses présentations) ou encore de Vimeo (pour ses vidéos).

Afin de créer des présentations, à partir de ces données collectées, l’étudiant est invité à se servir de logiciels tels que le module de présentation d’Open Office (équivalent libre et gratuit de PowerPoint). Il peut également faire usage des interfaces en ligne de son choix. Il est ici possible de citer à titre d’exemple  Mindmeister ou encore Prezi. Enfin, les interfaces de recherche par l’image doivent être connus de lui (Google images et Tineye), tout comme la possibilité d’afficher les données Exif associées à une image (Exif viewer).

Au-delà de la collecte et de la mise en forme d’une image et d’une vidéo, l’étudiant doit aussi connaître les logiciels lui permettant de mener un travail de veille en ligne (et d’optimisation de son parcours en ligne). Evernote qui lui permet « de capturer des informations, sous forme de notes, images, vidéos, ou pages web » est aujourd’hui le plus performant de ces logiciels (source wiki). Ainsi, il doit être familier de la gestion des flux RSS. Mendeley et Zotero sont également utiles pour sauvegarder des références avec une mise aux normes automatique. Scoop.it ou Pearltrees, par exemple, permettent eux, de partager avec d’autres ce travail de veille.

A cela s’ajoute une pratique des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Tumblr…), du blogging (et donc notamment de WordPress) et une connaissance du code (HTML et CSS au minimum). Enfin, l’étudiant, dès le début de son cursus, doit également être capable de trouver les meilleurs tutoriels en ligne (afin de se former lui-même) et connaître l’existence des MooC.

Cette vingtaine d’interfaces ou de logiciels (presque tous gratuits) sont aujourd’hui à la base de la pratique de la recherche documentaire et de la mise en forme des travaux des étudiants en cinéma dès le niveau de la licence. Leur non-maîtrise est, en soi, problématique.

Cette note est une reprise synthétique d’une séance du cours de méthodologie « outils pour la recherche » – licence 1 (Paris 8).

Illustration ci-dessus reprise sur le site Brainless Tales.

  1. De plus les logiciels de bibliographie ne sont pas présentés de manière développée car cela a fait l’objet d’un autre cours. []

Faire quelque chose – 10 décembre 2013

Entre 18h et 23h, le mardi 10 décembre 2013 une soirée débat est organisée aux Cinoches de Ris-Orangis. Le film désormais classique d’Armand Gatti sur la solidarité entre un résistant politique et un interné juif dans un camp de concentration nazi, L’Enclos (1961) sera diffusé à 20h. Avant celui-ci, le documentaire basé sur des entretiens menés avec d’anciens résistants Faire quelque chose (2013) de Vincent Goubert sera projeté. Il s’agit de la troisième séance d’un cycle de ciné-débats sur les Résistances, qui a vu se succéder jusque-là Hannah Arendt (que j’ai présenté ici) et Le Dernier des injustes de Claude Lanzmann (2013, 228 min.). Les films diffusés aujourd’hui seront comparés avec ces deux productions afin de s’interroger sur l’histoire et l’actualité de la notion de résistance aussi bien au cinéma que dans l’espace public en général.

L’image ci-dessus est une capture d’écran représentant Jacqueline Olivier-Timbaud devant la Maison des Métallos (Paris) issue du film de Vincent Goubert, Faire quelque chose (2013).

La plasticité du témoignage – séminaire A. Becker

Ci-dessous vous pouvez consulter la présentation, La plasticité du témoignage, proposée lors de la séance du 28 novembre 2013 du séminaire : d’une guerre mondiale l’autre, atrocités, cruautés, violences et leurs représentations, organisé à Paris Ouest par Annette Becker.

Malgré la publication de ses mémoires en 1984, le témoignage d’Inge Deutschkron n’est connu, en France, qu’à travers les quatre minutes de son intervention dans Shoah. Il est figé autour de l’idée d’un double refus d’appartenance à l’Allemagne d’hier (1933-45) et d’aujourd’hui (le présent du film, soit 1985). Le travail présenté lors de cette communication a pour vocation de déplier cela en proposant une vision plus complexe du témoignage d’Inge Deutschkron. Faisant cela, il s’agit ainsi de restituer les variations, les aspérités et la richesse de la perception du passé de cet acteur de l’histoire (à la différence du réalisateur qui, dans ce cas, condense le propos et l’intègre à son intrigue). Une telle démonstration nécessite d’analyser la séquence du film Shoah durant laquelle elle intervient, d’étudier les archives correspondant à celles-ci (afin d’en comprendre le montage), de mener une approche comparative en rapprochant ce film d’autres productions culturelles et, enfin, d’insister sur l’historicité de chacun des témoignages accordés par cette même personne. Cela conduit à dégager trois niveaux principaux de plasticité du témoignage: une malléabilité du support témoignage filmé, une adaptabilité du témoignage à l’intrigue du film et une variabilité de la manière de raconter sa propre expérience (en fonction du temps et du contexte, et non pas seulement en fonction des conditions de l’entretien).