Le reenactment en questions

Dans le cadre du dossier « re- » de la revue du Collège de France, Entre-Temps, l’historienne et théoricienne de l’art contemporain Anne Bénichou m’a accordé un entretien portant sur la notion de reenactment.

À travers une série de définitions et d’études de cas, il est question de la façon dont le passé est re-joué en fonction d’enjeux actuels. Plus qu’une simple présentation, Anne Bénichou se livre à une démonstration qui révèle la valeur heuristique de ce terme souvent déconsidéré par les chercheurs en sciences humaines. Vous pouvez consulter l’entretien en ligne en accès libre sur le site de la revue.

Cet entretien est notamment lié au fait qu’Anne Bénichou a dirigé un numéro de la revue Intermédialités au sujet du reenactment. Ce numéro est aussi consultable en accès libre.

La Culture cinématographique du mouvement ciné-club – compte rendu

C’est avec plaisir que je partage ici le compte rendu de l’ouvrage de Léo Souillés-Debats , La Culture cinématographique du mouvement ciné-club. Une histoire de cinéphilies (1944-1999) (Paris: AFRHC, 2017), que je viens de publier dans le numéro 140 (octobre-décembre 2018) de la revue Vingtième-siècle (p. 221-222). Ce fut une lecture vraiment passionnante.

L’histoire du mouvement ciné-club pendant la seconde moitié du 20e siècle est traversée par une tension entre une appétence pour le cinéma pour lui-même (perspective cinéphile) et une volonté de faire du cinéma un vecteur de transformation de la société (éducation populaire). Chacune des orientations prises par les associations, les fédérations, les revues et les festivals, qui ont été identifiées par Léo Souillés-Debats est interprétée à l’aune de cette oscillation. Cet ouvrage reflète également une tension d’ordre historiographique. En effet, le mouvement ciné-club correspond aussi à une conception de l’histoire du cinéma, souvent centrée autour des films. Le ciné-club propose en effet un format (présentation par un animateur, projection d’un programme de films, discussion avec les spectateurs) et un ensemble de réalisations dignes d’être débattues (notion de « panthéon ciné-clubiste », p. 108). Or l’histoire pratiquée par l’auteur est tout autre : centrée non sur les films, mais sur le cinéma comme fait social et culturel. Ainsi, l’auteur étudie-t-il à la fois une pratique du cinéma et un moment de l’histoire du cinéma.

L’ouvrage présente, de manière assez strictement chronologique, la façon dont le cinéma non commercial s’est structuré dans la France de l’après-guerre (1944-1956) avant de se fondre progressivement dans des mouvements tels que l’éducation à l’image et les cinémas d’art et d’essai (1968-1999). La phase d’institutionnalisation est celle qui est étudiée avec le plus d’attention. La création d’un statut juridique, l’obtention de subventions étatiques, la mise en place de fédérations correspondent à une forme de reconnaissance de ce secteur qui a réuni de cinq à huit millions de spectateurs par an entre les années 1950 et la fin des années 1970. Cette approche est pertinente, car elle permet de faire ressortir différentes générations d’animateurs et de spectateurs. La notion de génération est l’entrée qui permet à l’auteur d’articuler le paradoxe entre éducation au cinéma et par le cinéma. Léo Souillés-Debats identifie ainsi qu’à l’utopie d’une démocratisation de la culture par le cinéma succède une pratique culturelle orientée vers les classes moyennes. L’utopie d’une autogestion des clubs par les spectateurs est aussi remise en perspective.

Il reste à regretter que cette approche institutionnelle, très sensible aux différentes orientations des fédérations, rencontre une difficulté à appréhender le foisonnement des pratiques au niveau local. De plus, la disparition des ciné-clubs aurait pu être présentée moins négativement. En effet, si le mouvement se désinstitutionnalise (cessation d’activité des fédération, interruption des revues, etc.), c’est non seulement en raison du succès du cinéma commercial, mais aussi parce que son format devient progressivement anachronique (la télévision remplace la salle comme lieu principal de découverte des films) et parce que cette pratique est récupérée par d’autres institutions, le ministère de l’Éducation nationale notamment. Cela étant dit, le travail remarquable mené par l’auteur permettra d’explorer de telles pistes. Il n’y a donc nul doute que cet ouvrage fera date pour tous les chercheurs qui s’intéressent au cinéma comme pratique sociale et culturelle.

Shoah. Une double référence ? – compte rendu

C’est avec plaisir que je partage les premières lignes du compte rendu que Sébastien Ledoux a consacré à mon livre – Shoah. Une double référence ? – dans le dernier numéro de la Revue d’histoire moderne & contemporaine. Je remercie l’auteur d’avoir donné son accord à ce partage, sachant que vous pouvez consulter l’intégralité du texte – en libre accès – sur le site de la revue.

« Issu d’une thèse d’histoire, le livre de Rémy Besson consacré au film Shoah de Claude Lanzmann scrute au plus près la construction et la réception d’un objet devenu, dans la société française, une référence à la fois esthétique – il est considéré comme un chef-d’œuvre – et mémoriel – son nom est repris après sa diffusion pour désigner les faits historiques qu’il relate : l’extermination des juifs d’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. « Film presque sacré » (p. 29), il n’en est pas moins une production visuelle réalisée par un homme avec d’autres personnes dans un certain contexte historique. C’est ce pas de côté salutaire que R. Besson nous invite à faire par une approche génétique du film, observant au préalable qu’il n’existait jusque-là aucun modèle interprétatif pour expliquer ce « devenir référence » (p. 31) de Shoah. » (lire la suite).

Pour citer le compte rendu: Ledoux, Sébastien. « RÉMY BESSON, Shoah. Une double référence ? Des faits au film, du film aux faits, Paris, MkF Éditions, 2017, 207 p., ISBN 979-10-92305-36-4 », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 65-4, no. 4, 2018, pp. 218-220.

Présence cinématographique du passé dans le temps présent

Présence cinématographique du passé dans le temps présent. Le cas d’Hochelaga, terre des âmes de François Girard (2017) est un article que je viens de publier dans la revue en ligne en libre accès Captures. Figures, théories et pratiques de l’imaginaire qui est dirigée par Vincent Lavoie (UQàM). Cet article est la suite d’une réflexion sur l’écriture cinématographique de l’histoire engagée depuis quelques années. L’argument principal est, ici, l’identification d’une figure de l’histoire singulière. L’enjeu est aussi de proposer une argumentation en deux temps distincts. Celle-ci est d’abord centrée sur la mise en scène de l’enquête menée par le personnage principal de l’intrigue, puis sur la mise en scène d’un imaginaire de l’histoire. Enfin, cet article a été l’occasion de proposer une étude de cas portant sur un nouvel objet, pour moi, l’imaginaire du Québec. 

Je tiens à souligner que la forme de la revue – possibilité d’intégrer des captures d’écran, mais aussi des extraits audiovisuels – est particulièrement adaptée à une démonstration en images. C’est, me semble-t-il, un bel exemple d’application de l’usage équitable canadien

Vous pouvez consulter l’article en ligne: BESSON, Rémy. 2018. « Présence cinématographique du passé dans le temps présent. Le cas d’Hochelaga, terre des âmes de François Girard (2017) », Captures, vol. 3, no 2 (novembre), hors dossier. En ligne : revuecaptures.org/node/2977/