Les rushes pour (appel à contribution)

Je partage ici, cet appel de la revue Sonorités (Bulletin de l’AFAS), dont je suis membre du comité éditorial, qui a pour vocation à alimenter un futur numéro sur les rushes issus des films documentaires (cinéma ou télévision), leur transformation en archives et leur exploitation par les chercheurs en sciences humaines et sociales (source: https://calenda.org/585807).

Présentation

Cet appel pour la revue Sonorités Bulletin de l’AFAS a vocation à alimenter un futur numéro sur les rushes issus des films documentaires (cinéma ou télévision), leur transformation en archives et leur exploitation par les chercheurs en sciences humaines et sociales. Le comité de rédaction recherche en particulier des études fondées sur un ou plusieurs corpus de témoignages oraux filmés, archivés, documentés et accessibles. L’article (25 000 à 30 000 caractères maximum) présentera le corpus, son contexte de production, la façon dont il a été archivé, catalogué, la problématique de recherche et les résultats qui en sont issus. Ces corpus inédits pourront être issus de la télévision, du cinéma, d’internet ou avoir été produits par des laboratoires de recherches en sciences humaines et sociales.

Modalités de soumission

Règles de soumission d’un article : https://journals.openedition.org/afas/2451

Langues acceptées : français et anglais

  • Date limite de l’envoi de la proposition de résumé et plan : 30/05/2019
  • Date de l’information de l’acceptation de la publication de l’article : 30/06/2019
  • Retour  : 30/09/2019

Comité éditorial

  • Rémy Besson (Université de Montréal)
  • Florence Descamps (EPHE)
  • Myriam Fellous-Sigrist (King’s College London)
  • Véronique Ginouvès (MMSH)
  • Marie-Barbara Le Gonidec (LAHIC)
  • Rosa Olmos (La Contemporaine)
  • Claire Scopsi (CNAM)
  • Martine Sin Blima-Barru (Archives nationales)
  • Laurent Pagnier (La Contemporaine)
  • Marie-Noëlle Polino (SNCF)
  • Henri Chamoux (LHARHA)
  • Agnès Arp (Université de Iéna)
  • Cécile Kattnig (BnF)

Film célèbre, monteuse occultée

À l’occasion de la sortie en salle du film de Catherine Hébert, Ziva Postec. La monteuse derrière Shoah au Québec le 15 mars 2019, j’ai eu l’occasion de donner un entretien à Jeff Heinrich pour UdeM Nouvelles. Celui-ci a été publié en français et en anglais:

Ziva Postec: la monteuse derrière le film Shoah, documentaire de 92 minutes de la réalisatrice québécoise Catherine Hébert, sort cette semaine à Montréal et à Québec. Rémy Besson, chercheur postdoctoral et chargé de cours en études cinématographiques à l’Université de Montréal, a participé au film en tant que conseiller historique et figure à l’écran dans plusieurs séquences. Spécialiste de la représentation de l’histoire au cinéma, Rémy Besson a fait son doctorat sur Shoah, l’œuvre centrale et monumentale sur l’Holocauste du documentariste français Claude Lanzmann (Lire la suite).

Ziva Postec: The Editor Behind the Film ‘Shoah’, a new 92-minute documentary by Quebec director Catherine Hébert, is being released this week in Montreal and Quebec City. Rémy Besson, a postdoctoral researcher and lecturer in film studies at UdeM, participated in the film as a historical advisor and appears on screen in several scenes. A specialist in the representation of history in cinema, Rémy Besson did his doctorate on Shoah, the central and monumental work on the Holocaust by French documentary filmmaker Claude Lanzmann. (lire la suite).

Autopublier la recherche

Dans le cadre de la revue d’histoire en ligne du Collège de France, Entre-temps, nous publions avec Sébastien Poublanc, un entretien avec Patrick Peccatte. C’est l’occasion de rendre compte de son travail d’autopublication et de valoriser le travail mené sur Euchronie.

Depuis une dizaine d’années Patrick Peccatte multiplie les analyses portant sur la culture visuelle. Il s’intéresse aussi bien aux photographies de Libération en Normandie, qu’aux magazines Pulps, aux films de superhéros et à la Tapisserie de Bayeux. Il s’appuie souvent sur l’analyse de corpus conséquents et sur l’intégration de connaissances issues d’une forme d’intelligence collective sur Internet. Il mobilise ainsi régulièrement les notions de « crowdsourcing »et de « redocumentarisation ». Ce travail portant sur le passé, il l’autopublie en ligne sur un carnet de recherche et sur compte Flickr collaboratif : PhotoNormandie. C’est à ce titre que son blog, Déjà Vu, est indexé sur par la plateforme Euchronie et que nous avons souhaité lui poser quelques questions pour Entre-Temps. Ses réponses nous permettent de mieux saisir ce que le web change, de manière générale, à la diffusion de l’histoire et, en particulier, d’appréhender un cas d’autopublication de connaissances portant sur le passé (lire la suite).