De Zotero et Omeka à Papyrus jusqu’à Internet Archive

Mardi 29 octobre 2019, j’ai le plaisir d’intervenir sur le thème De Zotero et Omeka à Papyrus jusqu’à Internet Archive: Quelles solutions pour diffuser les résultats de la recherche en SHS? dans le cadre du colloque des Bibliothèques d’enseignement supérieur (BES) au Congrès des professionnels de l’information qui se tient à Montréal. Le panel dans lequel j’interviens s’intitule ORCID et les dépôts institutionnels sous la loupe des bibliothécaires et des chercheurs. Cette communication constitue une belle occasion de présenter cette dimension du projet TECHNÈS. Il s’agit notamment de revenir sur l’articulation que nous avons mise en place entre 1/ référence bibliographique (normalisée via Zotero), 2/ dépôt institutionnel des textes (normalisé via Papyrus, la solution de l’UdeM) et 3/ publication via une interface publique (dans notre cas l’Encyclopédie TECHNÈS). La présentation est accessible ci-dessous.

Rendre visibles les témoignages des survivant-es de la Shoah : un essai de dispositif filmique

Dans le cadre de la table ronde Question de genre pendant et après la Shoah: récits de survie et d’immigration au Canada organisée le 5 novembre 2019 à l’Université de Montréal avec le soutien de la Fondation Azrieli, je vais présenter une communication intitulée « Rendre visibles les témoignages des survivant-es de la Shoah à Montréal : un essai de dispositif filmique ». Cette communication prendra la forme de capsules audiovisuelles qui ont été réalisées pour l’occasion.

Résumé :

Dans l’introduction d’un récent numéro de la revue Vingtième Siècle consacré à L’histoire de la Shoah face à ses sources (2018/3 n. 139), l’historienne Claire Zalc écrit « les récits ex post se construisent au cours d’interactions particulières et contextualisées, intégrant bien souvent la lumière de faits appris, lus ou redécouverts. Croiser les témoignages, sur un même fait, conduit à mettre en évidence leur plasticité » (p. 17). Il est possible d’ajouter que cette plasticité a, bien souvent, moins à voir avec le récit tenu par les acteurs de l’histoire qu’aux modes de médiation qu’ils choisissent ou qui leur sont proposés. Témoigner par écrit, dans le cadre d’une collecte de sources orales ou filmées, face à la caméra d’un-e journaliste ou d’un-e réalisateur conduisent, en effet, à inscrire leurs propos dans des régimes de visibilités bien différents. Cette communication repose sur le partage de capsules audiovisuelles issues d’entretiens filmés menés à l’automne en 2019 avec deux survivants de la Shoah d’origine hongroise vivant à Montréal, Judy Abrams et Leslie Vertes, qui ont déjà publié leurs mémoires et qui ont accepté d’être filmé à deux reprises, d’abord lors d’une captation proche de l’histoire orale, puis dans un dispositif filmique mettant en scène leur mémoire corporelle. En prenant notamment en compte leur genre, la communication revient sur ce que ces gestes créateurs différents (écriture, collecte, dispositif) changent à leur témoignage de sortie de guerre et d’immigration au Québec.

 

Réappropriation de leur image par les Premières nations au Québec (cours)

Dans le cadre du cours Cinéma politique (Université de Montréal), j’ai eu l’occasion de donner une séance à propos de la Réappropriation de leur image par les Premières nations au Québec. Cette séance a permis de réfléchir à des enjeux de représentation, mais également de poursuivre la réflexion engagée sur la notion de geste politique à travers l’étude du film d’Alanis Obomsawin, Kanehsatake 270 ans de résistance.

 

Filmer le corps politique (cours)

Dans le cadre du cours Cinéma politique (Université de Montréal), j’ai eu l’occasion d’aborder la question du corps politique à travers une analyse du processus de réalisation et de la forme du film La Commune. Paris (1871) de Peter Watkins. Cela a été l’occasion d’approfondir la réflexion engagée sur la notion de geste politique. 

Le point de vue de l’opérateur (cours)

Dans le cadre du Cinéma politique (Université de Montréal), la séance du 3 octobre a été consacrée à une étude du Point de vue de l’opérateur à travers quatre cas: Shirin d’Abbas Kiarostami, Journal de campagne d’Amos Gitai,  Camera eye (extrait de Loin du Vietnam) de Jean-Luc Godard et L’Homme sans nom de Wang Bing. La notion de geste a été placée au centre de cette séance qui s’est appuyée sur l’ouvrage de Véronique Campan, Marie Martin et Sylvie Rollet (dir.), Qu’est-ce qu’un geste politique au cinéma ? (Presses universitaires de Rennes, 2019).