RENDRE VISIBLES LES TÉMOIGNAGES DES SURVIVANT-ES DE LA SHOAH (prise 2)

Le 22 novembre 2019 à 18h, j’ai l’occasion de présenter les deux entretiens filmés que j’ai réalisés avec Judy Abrams et Leslie Vertes à l’Alliance Française de Toronto (24 Spadina Road) dans le cadre d’une activité organisée par la Fondation Azrieli. La présentation est accessible sur le site de l’Alliance et ci-dessous:

« Durant cette rencontre, Deborah Barton et Rémy Besson, deux historiens de l’Université de Montréal, échangeront notamment, selon une perspective genrée, sur des questions relatives aux violences sexuelles, à la représentation du génocide et à l’immigration. Les présentations seront illustrées par des témoignages de survivants qui ont émigré au Canada après la guerre, et dont la Fondation Azrieli a publié les mémoires. Ces ouvrages seront mis gratuitement à la disposition des participants. 

Deborah Barton est professeure adjointe d’Histoire de l’Allemagne contemporaine à l’Université de Montréal. Elle a obtenu son doctorat à l’Université de Toronto en 2015. Ses recherches se concentrent sur le journalisme, la question de genre, les deux guerres mondiales et les représentations de la violence dans les médias. Ses travaux ont notamment été publiés dans Central European HistoryGenre & HistoireFeminist Media Studies, ainsi que dans d’autres ouvrages collectifs. Elle révise actuellement sa thèse intitulée « Writing for Dictatorship, Refashioning for Democracy. Women Journalists in the Nazis and Post-war Press » (« Écrire pour la dictature, remodeler pour la démocratie. Femmes journalistes à l’époque nazie et dans la presse d’après-guerre ») en vue de la publier.


Chercheur postdoctoral de l’Université de Montréal dans le cadre du partenariat international de recherche TECHNÈS, Rémy Besson a soutenu une thèse en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Celle-ci a été publiée (MkF Éditions) et a donné lieu à un documentaire réalisé par C. Hébert: Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah (2018). Spécialiste reconnu des rapports entre Histoire, Sciences humaines et cinéma, il est également chargé de cours. »

Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah (Mémorial de la Shoah, 17 nov. 2019)

C’est avec plaisir que je partage avec vous l’annonce de la projection du film Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah de Catherine Hébert au Mémorial de la Shoah le 17 novembre 2019 à 14h30. Cette séance est gratuite et sur réservation.

Présentation de la séance:

2018 a vu s’éteindre l’auteur d’une des oeuvres les plus monumentales de l’histoire du cinéma : Claude Lanzmann. Les travaux de l’historien Rémy Besson sur les archives du film Shoah, conservées à l’USHMM, Washington (E.U.), composées de plus de 200 heures de rushes, de transcriptions originales annotées par le réalisateur et l’équipe du film, ouvrent une nouvelle lecture de la construction de cette oeuvre majeure. La monteuse Ziva Posteca consacré six années à construire ce film aux cotés de Claude Lanzmann. Dans ce film enrichi d’images inédites du tournage, Ziva Postec raconte ce travail à la caméra de Catherine Hébert.

En présence de la réalisatrice et de Rémy Besson, historien, chercheur postdoctoral à l’université de Montréal, Canada.
Animée par Christian Delage, historien et réalisateur.

Un film second comme argument pour changer les discours sur le montage : le cas de Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah (C. Hébert, 2018)

Dans le cadre du colloque L’émergence du concept de montage: ses sources, son développement, ses migrations (sous la direction de Faye Corthesy, André Gaudreault, Santiago Hidalgo, Laurent Le Forestier et Andréane Morin-Simard) qui se tiendra à Lausanne (UNIL) les 11, 12 et 13 novembre, j’ai le plaisir de présenter une communication portant comme titre: Un film second comme argument pour changer les discours sur le montage : le cas de Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah (C. Hébert, 2018).

Le résumé de la communication est le suivant:

Le montage du film Shoah (Claude Lanzmann, 1985) a durée plus de cinq années (automne 1979-85). Après les dispositifs filmiques mis en place lors des tournages (1975-76 et surtout 1978-79), il s’est agi d’une seconde mise en intrigue. Cette étape essentielle de la réalisation du film a cependant été ignorée dans le temps long des discours institutionnels (académiques, critiques, pédagogiques, muséaux, etc.). Cette communication porte sur la redécouverte, à partir de 2010, de l’importance de ce processus (travail s’appuyant sur les archives de Shoah restaurées par l’USHMM et des entretiens avec la monteuse, Ziva Postec). Ce sera surtout l’occasion d’un retour sur le documentaire de Catherine Hébert Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah (2018) dont j’ai été le conseiller historique (2013-2018) et un protagoniste. L’étude de ce film second portera surtout sur son rôle performatif en tentant d’analyser comment il s’inscrit dans un état de l’historiographie et il conduit à un changement – ou non – des discours portant sur Shoah et son montage.

 

Faire un film de manière politique

Dans le cadre du cours Cinéma politique (UdeM), après plusieurs séances consacrées à l’étude de la représentation du politique et des gestes politiques, nous avons commencé à interroger des enjeux liés à la politique de la représentation. Il s’agit alors de considérer les images elles-mêmes comme un objet politique. Cela passe notamment par l’étude du cinéma de seconde main. La Rabbia – partie 1 de Pasolini a été considéré, ainsi que deux films québécois plus récents réalisés par Simon Beaulieu.