Portraits d’individus et d’institutions (Cinéma documentaire)

Dans le cadre du cours Cinéma documentaire (CIN2104) de l’Université de Montréal, nous avons abordé, la semaine dernière, le rôle des études culturelles. Cette investigation s’est poursuivie cette semaine autour du thème des Portraits d’individus et d’institutions. Cela correspond à un jeu d’échelles, qui nous a conduit à aborder un film de Werner Herzog, puis le cinéma de Frederick Wiseman.

Documentaire et études culturelles

Dans le cadre du cours Cinéma documentaire (CIN2104), de l’Université de Montréal, j’ai proposé aux étudiants de « changer de point de vue » en prenant en compte les apports des études culturelles dans le cadre de leurs analyses. Cela a également été l’occasion de proposer une critique interne du cours tel qu’il a été mené depuis le début du semestre. Certains films analysés une première fois en lien avec les notions d’archives, de technique, d’authenticité, de dispositif filmique ont été réinterprétés du point de vue des études féministes, LGBTQ et postcoloniales. Les notions de point de vue [Standpoint Theory] et de Regard [gaze] ont particulièrement été mobilisées dans ce qui constitue une introduction qui sera développée durant les séances suivantes.

(Re)monter la parole des acteurs de l’histoire : le cas Quatre sœurs (Lanzmann, 2017).

Dans le cadre d’un panel du GRAFICS qui a pris place dans le cadre de l’École de printemps du FilmForum (Gorizia, Italie), j’ai eu l’occasion de présenter le travail que j’ai accompli à propos du dernier film de Claude Lanzmann, Quatre soeur (2017). Plus précisément cette communication a porté sur la partie consacrée au récit de vie de Ruth Elias.

(Re)monter la parole des acteurs de l’histoire : le cas Quatre sœurs (Lanzmann, 2017).

Quatre soeurs est le plus récent documentaire de Claude Lanzmann (2017). Il s’agit de quatre portraits de femmes juives qui proposent, face caméra, leur récit de vie pendant le génocide (1941-45). Ce film s’inscrit dans une série de productions, qui va d’Un vivant qui passe (1997) au Dernier des injustes (2013), réalisées à partir des quatre-vingt entretiens tournés pour Shoah (1973-85). L’hypothèse développée est que tout à la fois la pratique du montage et le discours du réalisateur se sont progressivement transformés afin de moins insister sur la notion de création documentaire et plus sur l’idée d’une transmission fidèle de la mémoire des acteurs de l’histoire. Ce propos s’appuie sur une mise en parallèle du contenu audio-visuel des films susmentionnés et des rushes de Shoah (accessibles au Musée de l’Holocauste à Washington), ainsi que sur une analyse des discours produits par Lanzmann sur ses propres films. Cette étude conduit à repenser la représentation cinématographique de l’histoire proposée dans ce corpus de films en remettant en cause un certain nombre des lieux communs des discours sur l’histoire orale, l’écriture de l’histoire de ce génocide et le rapport du cinéma aux archives

Webdocumentaire et Encyclopédie du cinéma – TECHNÈS

Dans le cadre du FilmForum qui s’est tenu entre le 28 février et le 3 mars 2018 (Gorizia, Italie), j’ai eu l’occasion de prendre part à un panel organisé par TECHNÈS autour des liens entre humanités numériques et études cinématographiques. Lors de celui-ci, j’ai présenté une communication portant sur Comment le format « webdocumentaire » permet-il de penser le projet d’Encyclopédie numérique des techniques du cinéma? Le diaporama lié à celle-ci est rendu accessible ci-dessous. C’est une manière de poursuivre une réflexion engagée depuis plusieurs années sur les modalités de l’écriture cinématographique de l’histoire à l’ère du numérique.

Monter des archives

Après une séance consacrée aux dispositifs filmiques mis en place pour saisir la parole, le corps et les gestes des acteurs de l’histoire, cette séance du cours Cinéma documentaire (Université de Montréal) a eu pour objet le montage des archives. Le point commun entre ces deux séances est la question de la médiation de l’histoire et de l’invention de dispositif à même de donner une représentation du passé. Cette séance a été l’occasion d’adopter une perspective critique sur les mésusages des archives, mais aussi (peut-être surtout) d’étudier des alternatives à ces usages contraints des archives.

Cette séance s’est conclue sur une présentation du travail d’Angela Ricci-Lucchi ( et d’Yervant Gianikian), dont je suis bien peiné d’apprendre le décès aujourd’hui même.

Filmer la parole, les gestes et le corps des acteurs de l’histoire

Dans le cadre du cours Cinéma documentaire (Université de Montréal), nous avons abordé la question du témoignage filmé et des dispositifs filmiques. Le corpus de films mobilisé avait pour sujet les génocides et massacres du vingtième siècle. Le cas du film Shoah (Lanzmann, 1985) a été mis en regard du Chagrin et la pitié (Ophüls, 1969), d’Arusha à Arusha (Gargot, 2008) et de S21, la machine de mort khmère rouge (Panh, 2003). Cette séance s’articule avec celle de la semaine prochaine qui sera consacrée aux usages des archives.

Cinéma vérité et anthropologie

Dans le cadre du cours Cinéma documentaire (Université de Montréal), après avoir abordé des enjeux liés à la technique à partir du cas du cinéma direct , la notion de cinéma vérité a été abordée. Les deux notions – direct et vérité – ont été mises en regard. Il a ainsi été question d’analyse de discours et de comprendre ce qui change (et ne change pas) quand on désigne une pratique avec différents mots. Cela nous a également mené à étudier des films, dont Chronique d’un été (Morin et Rouch, 1961), ainsi qu’à créer des liens avec l’anthropologie visuelle.

Le rôle de la technique : le cas du direct

Après une séance consacrée à un exercice portant sur le film Leviathan (Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel, 2012), le cours Cinéma documentaire de l’Université de Montréal a eu pour sujet le rôle de la technique à travers l’étude du cas du Cinéma direct. Cette séance s’est appuyée sur le travail de Vincent Bouchard (dont j’ai déjà eu l’occasion d’effectuer un compte rendu). Des films de Hubert Aquin, Michel Brault, Robert Drew, Gilles Groulx, Pierre Perrault et Mario Ruspoli, ont été présentés. Cette séance s’articule avec celle de la semaine prochaine qui portera sur le Cinéma vérité.

Émergence et contestation de la notion de documentaire

Après une séance consacrée à la question de L’enregistrement, de la source et de la preuve, le cours Cinéma documentaire, que j’ai le plaisir de donner ce semestre à l’Université de Montréal, a porté sur L’Émergence et contestation de la notion de documentaire. Cela a surtout été l’occasion de complexifier un peu le premier modèle présenté en cours. Cela a été fait en mobilisant les écrits de François Niney et à partir de cas tels que Nanouk, L’Homme à la caméra, L’Homme d’Aran et Misère au Borinage.

Source, enregistrement et preuve (cinéma documentaire)

Dans le cadre du cours Cinéma documentaire (CIN2104) que je donne ce semestre à l’Université de Montréal, la deuxième séance a été consacrée à la question de la source, de l’enregistrement et de la preuve par l’image. La notion transversale qui a été abordée est celle d’authenticité. Le texte étudié est « Montage interdit » d’André Bazin. Ce cours entre en écho avec la séance portant sur le documentaire d’animation où, justement, le cinéma n’est ni source, ni enregistrement et encore moi preuve. La séance doit donc être considérée dans la progression du cours. Je partage tout de même ici la présentation liée à celle-ci.

Images animées, archives visuelles et intermédialité