Archives par mot-clé : cinéma et histoire

La Grande Guerre au cinéma

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, portant sur le livre de Josepha Laroche, La Grande Guerre au cinéma, car il aborde certaines questions régulièrement débattues ici sur les rapports entre histoire et cinéma en général et au sujet de la Première Guerre notamment (lire La Grande guerre au petit écran entre autres).

Dans La Grande Guerre au cinéma, Josepha Laroche, professeure à la Sorbonne, spécialiste des relations internationales, adopte une approche sociopolitique afin d’étudier un corpus de vingt films portant sur la Première Guerre mondiale. Membre fondateur du Centre d’études et de recherches transnationalistes (CERT), l’auteure a choisi de porter une vision pacifiste sur des films qui sont eux-mêmes considérés comme dénonçant les horreurs de la guerre. Elle les a classés en deux catégories : ceux qui rendent compte d’un processus de déshumanisation des soldats, vécu sur le mode du drame (Kubrick, Losey, Trumbo, Tavernier) ou de la comédie (Chaplin, Keaton, Monicelli, Annaud), et ceux qui adoptent immédiatement un ton désillusionné en représentant l’absurdité des violences de guerre (Gance, Lubitsch, Pabst, Poirier, Vidor…). L’hypothèse formulée dès l’introduction est que ces représentations constituent autant d’entrées pertinentes dans le but d’expliquer les enjeux de ce conflit. Plus précisément, l’idée centrale est que « la création de personnages imaginaires » permet parfois de personnifier des idées qui resteraient sinon difficiles à saisir pour le spectateur (lire la suite).

Capitaine Conan

Le mardi 16 septembre le cycle de projections autour des rapports entre cinéma et histoire se poursuit avec Capitaine Conan de Bertrand Tavernier (1996). La séance aura lieu à 20h aux Cinoches de Ris-Orangis.

Adapté du livre de Roger Vercel (1934), Capitaine Conan (1996) est aujourd’hui un film référence concernant la Première Guerre mondiale. Portant sur la toute fin du conflit, il présente notamment deux problématiques chères aux historiens, la physicalité des combats et la sortie de guerre. Il met ainsi en scène la question des violences extrêmes en temps de guerre et de l’acculturation à cette violence en temps de paix. Portant une attention toute particulière à la représentation des combats, aux gestes des combattants et aux positions du corps, ce film constitue à la fois une proposition artistique aboutie et une forme culturelle qui dialogue particulièrement bien avec la manière dont les historiens appréhendent le conflit aujourd’hui. Il sera donc abordé à la fois pour les choix formels effectués par le réalisateur, pour la cohérence de ces choix par rapport à la réalité du conflit et pour le lien entre les choix esthétiques opérés et la façon dont l’histoire de ce conflit a été écrite.

En amont, vous pouvez vous replonger dans le débat animé entre Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Jean-Jacques Becker, « Capitaine Conan de Bertrand Tavernier, 1996″, Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n. 54, avril-juin 1997, p. 128-131.

La Grande guerre au petit écran

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, portant sur le livre Ariane Beauvillard et Laurent Bihl, La Grande guerre au petit écran, car il aborde certaines questions régulièrement débattues ici sur les rapports entre histoire et cinéma, en les déplaçant vers les rapports entre téléfilms et événement historique.

Dans La Grande Guerre au petit écran, Ariane Beauvillard et Laurent Bihl abordent la manière dont le premier conflit mondial a été représenté à la télévision entre le début des années 1960 et 2013. Pour cela, ils ont choisi deux corpus, des fictions télévisuelles et des émissions commémorant le 11 novembre 1918. S’inscrivant dans une tendance plus générale de (re)découverte des fonds de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), l’idée qui consiste à analyser quarante-deux téléfilms sur une période de cinquante ans est relativement originale, les chercheurs s’étant jusqu’à maintenant le plus souvent concentrés sur des films de cinéma, sur des documentaires et sur des bandes d’actualité. Cette partie, particulièrement développée (huit chapitres, 100 pages), s’articule avec trois études de cas placées en fin d’ouvrage, qui sont exemplaires (lire la suite).

La Voleuse de livre – une représentation consolante

Je me permets de publier ici les premières lignes d’une analyse du film La Voleuse de livre de Brian Percival (2013).

Adapté du Bildungsroman (roman d’apprentissage) éponyme de Markus Zusak, La Voleuse de livres est un film qui ne fait pas mystère de ses intentions humanistes. L’intrigue se déroule entre 1938 et 1945. Fille d’une communiste, la jeune Liesel (Sophie Nélisse) est, dès le début du récit, accueillie par un couple résidant dans un village du sud de l’Allemagne. Ses parents adoptifs, les Hubermann (interprétés par Geoffrey Rush et Emily Watson), n’adhèrent pas au Parti national-socialiste (NSDAP) alors au pouvoir. Au contraire, malgré les autodafés qui ont lieu sur la place publique, Hans Hubermann transmet à la jeune fille le goût de la lecture. Enfant, puis adolescente, l’héroïne passe ainsi progressivement du statut d’illettrée moquée par ses camarades de classe à celui de lectrice passionnée, réconfortant par ce moyen ses condisciples apeurés par les conséquences de la guerre. Un peu didactique par moment, le film vise ainsi à transmettre l’idée que c’est par l’acquisition d’un savoir livresque et d’une forme de sensibilité artistique qu’il est possible de résister au totalitarisme. La voleuse de livres est, en quelque sorte, une allégorie des bienfaits de la littérature en période de crise sociétale. (lire la suite)

Le cinéma peut-il nous apprendre l’histoire ?

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, car il porte sur un sujet qui a régulièrement été étudié sur ce carnet de recherche, soit les rapports entre histoire et cinéma, cette fois abordé du point de vue de l’enseignant.

Publié dans la collection « Ressources Formation » (Scérén-CRDP), Le cinéma peut-il nous apprendre l’histoire de France ? aborde des questions relatives aux usages sociaux des films en plaçant au centre de l’analyse les perceptions du passé partagées par les élèves. Pragmatique, Dominique Briand, professeur d’histoire à l’IUFM de Basse Normandie développe une analyse qui se situe à l’articulation entre une approche relevant du domaine de l’histoire par les films et une initiation à l’éducation aux images. Pour cela, il part du constat que les enfants et les adolescents évoluent quotidiennement dans un environnement médiatique diversifié (internet, télévision, cinéma, presse écrite, etc.). Il remarque que la place exercée par les films historiques est certainement supérieure pour eux, à celle de l’enseignement de l’histoire. Ainsi, le récit transmis à l’école est-il devenu second, depuis maintenant de nombreuses années. Selon l’auteur, il permet simplement d’amender, d’encadrer et de compléter une conception déjà établie par ailleurs. (lire la suite)

Référence: Dominique Briand, Le cinéma peut-il nous apprendre l’histoire de France ?, CRDP de Basse-Normandie, coll. « Ressources Formation », 2013.

Nouveau cinéma israélien

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur Nonfiction.fr au sujet du dernier ouvrage d’Ariel Schweitzer, Le Nouveau cinéma israélien (2013).

« Je voulais comprendre le décalage entre les valeurs politiques et morales et la réalité, entre les aspirations romantiques et la vie. (…) le problème principal abordé par le film est justement que, dans la réalité aujourd’hui, il n’y a absolument aucun dialogue possible entre ces deux mondes [les anarchistes et les hommes de l’ordre], aucune écoute, aucune tentative de rapprochement. » .

Ces paroles prononcées par Navid Lapid au sujet des son film Le Policier (2011) rendent compte de deux dimensions centrales du Nouveau cinéma israélien tel qu’analysé par le critique et historien du cinéma, Ariel Schweitzer. Le premier objectif, le plus intimement partagé par les réalisateurs réunis sous cette appellation, réside dans une volonté de brouiller les frontières entre les représentations communément acceptées dans la société israélienne et la réalité des expériences vécues par ses habitants ; en somme, d’effectuer une sorte de distinction critique entre « les mythes juifs et la réalité israélo-palestinienne contemporaine » . Leur second objectif est de créer – quand cela est possible – une forme de dialogue entre les différents groupes sociaux et communautés qui composent le pays. Ces deux aspects foncièrement politiques conduisent à souligner que, ce qui fait groupe entre ces cinéastes, selon Schweitzer, c’est moins une évolution dans la façon de filmer le réel, qu’un changement dans la manière de regarder la société et de s’adresser à elle. (lire la suite).

Une certaine tendance du cinéma allemand contemporain

Les rapports entre la SS et la Wehrmacht, Auschwitz et ses camps satellites, les résistances allemandes, les bombardements alliés, sont autant d’objets autours desquels s’articulent les représentations contemporaines du national-socialisme en Allemagne. Le cinéma leur a donné des figures : Sophie Scholl jouée par Lena Stolze dansDie Weisse Rose (La Rose blanche, 1982), Adolf Hitler incarné par Bruno Ganz dans La Chute (Hirschbiegel, 2004) et, de manière de plus en plus récurrente, des acteurs de l’histoire, suiveurs, victimes et bourreaux, ayant accepté de témoigner face caméra dans des docufictions. Depuis la réunification, ces productions culturelles semblent concourir à une relative normalisation de cette période et à rendre compte, avant tout, des souffrances vécues par les populations allemandes. Le modèle de représentation dominant ne serait ainsi plus celui qui consiste à insister sur les victimes des Allemands, comme durant les années 1960-80, mais sur les Allemands comme victimes (p. 230). L’ouvrage collectif, Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain, propose de déplier les différentes dynamiques qui expliquent cet état de fait. Pour cela, les chercheurs associés à cette publication ont consciemment privilégié des films produits en Allemagne de l’Ouest (sans pour autant éviter d’effectuer des comparaisons avec des films est-allemands) et réalisés au cours des vingt-cinq dernières années (1989-2013). (Lire la suite).

Compte rendu de l’ouvrage: Hélène Camarade, Elizabeth Guilhamon et Claire Kaiser (éds), Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Asq, 2013, 285 p.

Guerre et cinéma : perspectives historiographiques – 23 janvier 2014

Coordonné par Raphaëlle Branche et Olivier Wievorka, le séminaire de Master histoire, intitulé Guerre et cinéma (Paris 1), vise à faire connaître les grandes problématiques relatives aux représentations de la guerre dans le cinéma. La première séance, le 23 janvier 2014 de 9h à 13h, sera l’occasion d’une présentation historiographique des rapports entre Histoire et cinéma. Les deux autres séances porteront sur la Fabrique du documentaire: du livre au film, autour de Palestro, Algérie. Histoires d’une embuscade (R. Branche) et Dans les coulisses de la réalisation, avec Gabriel Le Bomin, qui est notamment le réalisateur des Fragments d’Antonin (cf. sur Cinémadoc).

Informations pratiques: : Guerre et cinéma: perspectives historiographiques (Rémy Besson), la première séance du séminaire se déroulera en salle 159 au 59-61 rue Pouchet dans le 17ème arrondissement.

Faire quelque chose – 10 décembre 2013

Entre 18h et 23h, le mardi 10 décembre 2013 une soirée débat est organisée aux Cinoches de Ris-Orangis. Le film désormais classique d’Armand Gatti sur la solidarité entre un résistant politique et un interné juif dans un camp de concentration nazi, L’Enclos (1961) sera diffusé à 20h. Avant celui-ci, le documentaire basé sur des entretiens menés avec d’anciens résistants Faire quelque chose (2013) de Vincent Goubert sera projeté. Il s’agit de la troisième séance d’un cycle de ciné-débats sur les Résistances, qui a vu se succéder jusque-là Hannah Arendt (que j’ai présenté ici) et Le Dernier des injustes de Claude Lanzmann (2013, 228 min.). Les films diffusés aujourd’hui seront comparés avec ces deux productions afin de s’interroger sur l’histoire et l’actualité de la notion de résistance aussi bien au cinéma que dans l’espace public en général.

L’image ci-dessus est une capture d’écran représentant Jacqueline Olivier-Timbaud devant la Maison des Métallos (Paris) issue du film de Vincent Goubert, Faire quelque chose (2013).

Le Dernier des injustes – 26 novembre 2013

Entre 18h et 22h, le mardi 26 novembre 2013 une soirée débat est organisée aux Cinoches de Ris-Orangis. Le film de Claude Lanzmann Le Dernier des injustes (2013, 228 min.) sera diffusé. Il s’agit de la seconde projection – après Hannah Arendt (que j’ai présenté ici) – d’un cycle sur le thème des Résistances. Les deux films seront mis en parallèle et critiqués.

Pour plus d’information au sujet du film, je vous rappelle la critique que j’ai publiée sur Nonfiction.fr : Claude Lanzmann est seul dans la synagogue Pinkas à Prague. Une caméra le suit dans ses moindres mouvements, puis effectue un panoramique, découvrant ainsi une longue liste de noms inscrits à même les murs. La voix du réalisateur se fait entendre : « Il y a tellement de noms, si pressés, serrés, les uns contre les autres qu’on est dans l’illisibilité même. » Il y a un cut. La caméra est maintenant placée au plus proche de ce mur des noms (qui représente symboliquement 80 000 victimes juives), effectuant toujours le même mouvement de balayage de gauche à droite. La voix off poursuit : « Soudain ça devient lisible, des noms se distinguent. » Cette courte séquence fonctionne à la manière d’un indice, qui peut être articulé avec d’autres éléments dispersés avec soin tout au long du film. Rendre lisible, rendre visible, rendre interprétable, sans pour autant rendre compréhensible et explicable, voilà ici illustrée une constante du cinéma de Lanzmann. Le choix d’une courte focale centrée sur un nombre restreint d’acteurs de l’histoire, afin d’appréhender un phénomène beaucoup plus large et complexe, est également quelque chose de récurrent chez le réalisateur depuis quarante ans (et le film Pourquoi Israël, 1973). (lire la suite)