Archives par mot-clé : cinéma

Représentation de la Shoah au cinéma

Je partage ici le programme d’une journée d’étude organisée à Bruxelles, le mardi 27 janvier 2015, à laquelle je vais participer. Il s’agit d’une journée de formation destinée aux enseignants belges intéressés par Les représentations de la Shoah au cinéma. Elle prend place au moment des commémorations du soixante-dixième anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau.

Montrer comment le cinéma, art du visible se confronte à un tel événement qui se singularise en tant qu’entreprise de disparition radicale sera un des enjeux de ce colloque. Par ailleurs, le regard critique des intervenants nous amènera à nous interroger sur l’influence qu’exerce la représentation cinématographique de la Shoah sur notre vision historique de l’événement. Cette journée alliera exposés théoriques sur le sujet et ateliers pratiques d’analyse de l’image (source: Enseignement.be).

Programme de la journée :

9h30 : Accueil des participants par l’équipe de Démocratie ou barbarie
10h : Ouverture de la journée par le Professeur Thomas GERGELY (ULB) : ‘De l’éviction des Juifs à leur destruction’

10h30 : ‘La résistance juive au cinéma’ par Rémy BESSON (Université de Toulouse)

11h15 – 11h30 : pause café

11h30 : ‘Interdépendance entre images documentaires et images de fiction’ par Anne ROEKENS (Université de Namur)

12h15 : ‘Paroles d’archives’, présentation des documentaires de la collection par Frédéric CRAHAY (Mémoire d’Auschwitz asbl)

14h – 16h : Deux ateliers autour des représentations cinématographiques de la Shoah seront proposés aux enseignants. Ils seront animés par :
– Ophir LEVY (Mémorial de la Shoah – Paris)
– Marc MALCOURANT (C.A.V. Liège)

Lieu : Salle Wallonie-Bruxelles (6A 101) au Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles : Boulevard Léopold II, 44 – 1080 Bruxelles.

Regards singuliers sur une pratique plurielle: Amos Gitaï

C’est avec un réel plaisir, que je partage ici l’affiche et programme du cycle Regards singuliers sur une pratique plurielle  consacré à Amos Gitaï, que je co-organise avec Fabienne Elkeslassy, Marc-Antoine Lévesque et Claudia Polledri. Il se déroulera du 28 janvier au 29 avril 2015 à Montréal. N’hésitez pas à faire circuler l’information. Pour toute question complémentaire vous pouvez contacter: cycle.amos.gitai@gmail.com

Capture d’écran 2015-01-08 à 10.06.33

Résolument pluridisciplinaire, le cycle Regards singuliers sur une pratique plurielle (28 janvier au 29 avril 2015) interroge la construction d’un imaginaire médiatique et culturel protéiforme à travers un corpus d’œuvres défini. Les réalisations du cinéaste, artiste contemporain, architecte et photographe, Amos Gitaï, nous paraissent incarner cette diversité. Depuis ses premiers courts-métrages, Gitaï se situe, en effet, toujours à l’articulation entre différentes cultures, à cheval sur différentes pratiques, dans un entre-deux artistique et politique. Dans le cadre de ce cycle, l’objectif est de faire résonner ses films, ses installations, ses photographies, avec différentes approches disciplinaires (archivistique, esthétique, histoire culturelle, muséologie, études cinématographiques, histoire de l’art), afin de faire ressortir la complexité et la diversité qui les caractérisent.

Choisissant cette approche, nous désirons favoriser des rencontres entre plusieurs de ces points de vue. L’hypothèse est que chacun de ces regards singuliers – C. Bernier, R. Besson, P. Boudon, L. Dugas, L. Fima, A. Klein, C. Polledri, R. Robin, A. Schweitzer – fera émerger un aspect particulier de sa pratique. Seule l’accumulation de ces appropriations permettra au cours du cycle de voir apparaître des distinctions et des effets de cohérence qui conduiront à repenser le geste créateur de Gitaï. À deux reprises, les étudiants et jeunes chercheurs participant régulièrement au cycle seront invités à prendre part à la création de ce nouveau regard. Le premier moment – le workshop – portera sur le caractère intermédial de ses films, alors que le second – la journée d’étude – constituera l’occasion d’un retour sur l’ensemble de ce parcours interartial et pluridisciplinaire.

Prenant la suite du cycle organisé en 2014 autour de « Pasolini citoyen : l’engagement dans le réel », le cycle Regards singuliers sur une pratique plurielle se compose de six conférences, de cinq projections-débats et d’un workshop. Il se déroulera de manière hebdomadaire – le mercredi soir de 18 h à 21 h –, au Carrefour des arts et des sciences situé dans le pavillon Lionel-Groulx de l’Université de Montréal. Une journée d’étude est également prévue en mai 2015. Ce cycle est réalisé en collaboration avec le Centre de recherches intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques, le GRAFICS, la Facultés des arts et des sciences de l’Université de Montréal, l’Observatoire du cinéma au Québec et le Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal.

Programme:

28 Janvier : Conférence d’ouverture
Invité : Ariel Schweitzer, Maître de Conférences, Études cinématographiques à Paris 8.

4 Février : Projection : Désengagements (2007)

11 Février : Workshop – Amos Gitaï, une œuvre intermédiale
Rémy Besson, Post-doctorant, Université de Toulouse, chercheur associé au CRIalt.
Projection : sélection de court-métrages

18 Février : Table ronde « Le cinéma à l’épreuve de la muséologie »
Intervenants : Christine Bernier, Professeure d’histoire de l’art, Université de Montréal. Rémy Besson, Post-doctorant, Université de Toulouse, chercheur associé au CRIalt. Claudia Polledri, Doctorante, Littérature comparée, Université de Montréal

25 février : Projection : Bait (2002)

18 Mars : Conférence Amos Gitaï et l’architecture
Séminaire avec Pierre Boudon, Professeur à la Faculté de l’aménagement, LEAP Université de Montréal.

25 Mars : Projection : Kedma (2001)

1 Avril : Conférence Le cinéma d’Amos Gitaï
Lucie Dugas, Docteure en études cinématographiques, Université de Montréal.

8 Avril : Projection : Lullaby to my father (2012)

15 Avril : Conférence Histoire du cinéma israélien
Lea Fima, Chargée de cours en études juives, Université McGill.

22 avril : Projection : Carmel (2009). Discussion avec Régine Robin, historienne et écrivaine.

29 avril : Conférence Archives
Anne Klein, Professeure au département d’études historiques, Université Laval.

Le comité organisateur :

Rémy Besson, postdoctorant au LLA-CREATIS (Toulouse 2) et chercheur associé au CRIalt
Fabienne Elkeslassy, étudiante à la maîtrise en histoire de l’art à l’UQÀM
Marc-Antoine Lévesque, doctorant en histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal, coordonnateur du CRIalt
Claudia Polledri, doctorante en littérature comparée de l’Université de Montréal

La France – Serge Bozon

Je souhaite rendre compte ici d’un ciné-débat qui a eu lieu au Cinoches de Ris-Orangis le mois dernier (21 octobre 2014), autour du très beau film de Serge Bozon, intitulé La France (2006, voir le synopsis). Si je n’ai pas pu vous prévenir de cette projection, qui s’inscrit dans le cadre d’un cycle que je coordonne depuis plusieurs années, à cause du changement de plateforme de Cinémadoc, il me semble cependant intéressant de vous en dire quelques mots (le texte ci-dessous prend une forme parlée, car il a été pensé pour une communication orale). Ce film très poétique constitue une forme difficile et pour cela particulièrement pertinente à travailler pour un historien qui s’intéresse aux représentations visuelles du passé. En effet, le refus de toute intentionnalité politique et de tout message explicite en fait une forme qui résiste aux interprétations historicisantes. Il est donc nécessaire de l’appréhender sans l’instrumenter (lui prêter une signification qu’elle ne porte pas) et ainsi faire violence aux images. Continuer la lecture de La France – Serge Bozon

Capitaine Conan

Le mardi 16 septembre le cycle de projections autour des rapports entre cinéma et histoire se poursuit avec Capitaine Conan de Bertrand Tavernier (1996). La séance aura lieu à 20h aux Cinoches de Ris-Orangis.

Adapté du livre de Roger Vercel (1934), Capitaine Conan (1996) est aujourd’hui un film référence concernant la Première Guerre mondiale. Portant sur la toute fin du conflit, il présente notamment deux problématiques chères aux historiens, la physicalité des combats et la sortie de guerre. Il met ainsi en scène la question des violences extrêmes en temps de guerre et de l’acculturation à cette violence en temps de paix. Portant une attention toute particulière à la représentation des combats, aux gestes des combattants et aux positions du corps, ce film constitue à la fois une proposition artistique aboutie et une forme culturelle qui dialogue particulièrement bien avec la manière dont les historiens appréhendent le conflit aujourd’hui. Il sera donc abordé à la fois pour les choix formels effectués par le réalisateur, pour la cohérence de ces choix par rapport à la réalité du conflit et pour le lien entre les choix esthétiques opérés et la façon dont l’histoire de ce conflit a été écrite.

En amont, vous pouvez vous replonger dans le débat animé entre Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Jean-Jacques Becker, “Capitaine Conan de Bertrand Tavernier, 1996″, Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n. 54, avril-juin 1997, p. 128-131.

La Grande guerre au petit écran

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, portant sur le livre Ariane Beauvillard et Laurent Bihl, La Grande guerre au petit écran, car il aborde certaines questions régulièrement débattues ici sur les rapports entre histoire et cinéma, en les déplaçant vers les rapports entre téléfilms et événement historique.

Dans La Grande Guerre au petit écran, Ariane Beauvillard et Laurent Bihl abordent la manière dont le premier conflit mondial a été représenté à la télévision entre le début des années 1960 et 2013. Pour cela, ils ont choisi deux corpus, des fictions télévisuelles et des émissions commémorant le 11 novembre 1918. S’inscrivant dans une tendance plus générale de (re)découverte des fonds de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), l’idée qui consiste à analyser quarante-deux téléfilms sur une période de cinquante ans est relativement originale, les chercheurs s’étant jusqu’à maintenant le plus souvent concentrés sur des films de cinéma, sur des documentaires et sur des bandes d’actualité. Cette partie, particulièrement développée (huit chapitres, 100 pages), s’articule avec trois études de cas placées en fin d’ouvrage, qui sont exemplaires (lire la suite).

Retour à l’école? – Un film comme source pour l’histoire de la formation

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur Nonfiction, portant sur l’ouvrage de Françoise F. Laot, Un film comme source pour l’histoire de la formation des adultes hommes… et femmes. Cela constitue aussi pour moi une occasion de vous annoncer la tenue dans quelques semaines d’une journée d’études consacrée aux Pratiques pédagogiques et usages de la vidéo en ligne (30 juin 2014, Centre Branly à l’ICP, Paris).

Le dernier ouvrage de Françoise F. Laot a été publié dans une collection intitulée Histoire des institutions scientifiques (Presses Universitaires de Nancy), qui “s’intéresse à la genèse et à l’évolution des institutions d’enseignement supérieur en réhabilitant des groupes professionnels et des acteurs”. L’institution étudiée ici, d’avant-garde de par les expérimentations pédagogiques qu’elle propose, est le Centre universitaire de coopération économique et sociale de Nancy (Cuces) et plus largement la question de la formation des adultes en France. Les acteurs réhabilités sont les femmes qui ont pris part à ce mouvement entre la toute fin des années 1950 et le début des années 1970. L’originalité méthodologique est de faire porter cette recherche sur un moyen métrage, Retour à l’école ? (A. Bercovitz et J. Demeure, 1966-1967, 45 min.). Lire la suite.

Je tiens ici à remercier Michael Bourgatte qui m’avait signalé cette publication.

Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité

Vous trouverez ci-dessous un texte inédit intitulé, “Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité à l’époque contemporaine”, il a été rédigé dans le cadre d’un postdoctorat mené à l’Université de Toulouse. Il s’agit d’un état de l’art dans le domaine des recherches sur l’intermédialité. Les termes suivis du signe * correspondent à soixante notions clefs. Ce texte a notamment été rédigé afin de faire ressortir l’importance de ces notions pour comprendre ce qu’est l’intermédialité.

Un axe de pertinence

A l’origine, c’est-à-dire au milieu des années 1990, la volonté de théoriser la notion d’intermédialité naît d’un désir de considérer les relations entre les médias comme un objet d’étude à part entière1. Éric Méchoulan explique :

Le préfixe inter vise à mettre en évidence un rapport inaperçu ou occulté, ou, plus encore, à soutenir l’idée que la relation est par principe première : là où la pensée classique voit généralement des objets isolés qu’elle met ensuite en relation, la pensée contemporaine insiste sur le fait que les objets sont avant tout des nœuds de relations, des mouvements de relation assez ralentis pour paraître immobiles2. Continuer la lecture de Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité

  1. En prenant comme point de départ le milieu des années 1990, nous précisons ici dès le départ, que ce sont les évolutions contemporaines de la notion d’intermédialité et son actualité que nous allons questionner par la suite. Une archéologie de la notion aurait pu nous mener à d’autres résultats. []
  2. « Intermédialités : le temps des illusions perdues », Intermédialités, n° 1 : naître, 2003. []

Cinéma et attraction ou comment faire avec le bric-à-brac

Sous-titré « Pour une nouvelle histoire du cinématographe », Cinéma et attraction (2007) d’André Gaudreault est un ouvrage dont la sortie n’est pas allée sans créer de vifs débats. François Albera, Alain Boillat, Alain Carou et Laurent Le Forestier notamment ont répondu aux propositions méthodologiques formulées dans celui-ci aussi bien dans 1895, Cinémas que dans les Annales. Leurs critiques, parfois exprimées de manière virulente, portaient avant tout sur l’objet étudié, soit sur les raisons évoquées par Gaudreault afin d’abandonner l’expression cinéma des premiers temps, pour désigner les années 1890-1915, au profit de celle de cinéma-attraction. Dans le cadre de cette note, il s’agira plus de s’intéresser à ce que le chercheur propose d’un point de vue strictement épistémologique (en le détachant en quelque sorte de l’objet étudié). En effet (avec la distance des sept années écoulées depuis la publication), il est possible de revenir sur l’impulsion principale proposée par l’ouvrage, celle qui consiste à appréhender le cinéma (alors encore en devenir), avec les outils de l’intermédialité. Continuer la lecture de Cinéma et attraction ou comment faire avec le bric-à-brac

La Voleuse de livre – une représentation consolante

Je me permets de publier ici les premières lignes d’une analyse du film La Voleuse de livre de Brian Percival (2013).

Adapté du Bildungsroman (roman d’apprentissage) éponyme de Markus Zusak, La Voleuse de livres est un film qui ne fait pas mystère de ses intentions humanistes. L’intrigue se déroule entre 1938 et 1945. Fille d’une communiste, la jeune Liesel (Sophie Nélisse) est, dès le début du récit, accueillie par un couple résidant dans un village du sud de l’Allemagne. Ses parents adoptifs, les Hubermann (interprétés par Geoffrey Rush et Emily Watson), n’adhèrent pas au Parti national-socialiste (NSDAP) alors au pouvoir. Au contraire, malgré les autodafés qui ont lieu sur la place publique, Hans Hubermann transmet à la jeune fille le goût de la lecture. Enfant, puis adolescente, l’héroïne passe ainsi progressivement du statut d’illettrée moquée par ses camarades de classe à celui de lectrice passionnée, réconfortant par ce moyen ses condisciples apeurés par les conséquences de la guerre. Un peu didactique par moment, le film vise ainsi à transmettre l’idée que c’est par l’acquisition d’un savoir livresque et d’une forme de sensibilité artistique qu’il est possible de résister au totalitarisme. La voleuse de livres est, en quelque sorte, une allégorie des bienfaits de la littérature en période de crise sociétale. (lire la suite)

Peter et Simon Brook. – archiver le geste créateur

Je me permets de partager un compte rendu du dernier film de Simon Brook, Peter Brook. Sur un fil… (2012), car il recoupe des thèmes abordés régulièrement sur ce carnet de recherche autour des méthodes utilisées pour archiver le geste créateur.

Metteur en scène internationalement reconnu, Peter Brook n’accepte la présence d’aucun observateur lors des répétitions de ses pièces de théâtre. Pourtant, dès les premières secondes de Peter Brook. Sur un fil…, réalisé en 2012 par son fils, Simon Brook, il se trouve au milieu d’une quinzaine de comédiens assis dans un décor dépouillé de tout ornement. Il regarde, toujours attentif et patient. Il réagit au moindre mouvement. Il distille patiemment des conseils. Ce film documentaire porte donc sur le déroulement d’une série de répétitions. Par le moyen de ces captations, le réalisateur tente de donner accès au geste créateur de son père. Il s’agira ici de déterminer sur quels points le film est une réussite et à quels moments certaines dimensions du processus résistent au dispositif mis en place. Cela revient à s’interroger sur la façon dont il est possible d’enregistrer un geste créateur. Pour cela, une attention égale est portée à la répétition et à la manière dont celle-ci a été filmée. (lire la suite…)