Archives par mot-clé : humanité numérique

Le Cultural Institute de Google ou la présentation du héros

Lors de récents billets publiés sur Cinémadoc, plusieurs sites documentaires de la Cinémathèque française et un cours d’auto-formation diffusé sur le site de l’Université Ouverte des Humanités ont été étudiés. Il s’agissait à chaque fois de s’interroger sur la manière d’articuler des données textuelles et (audio)visuelles dans une forme interactive en ligne. Cette note porte, elle, sur le projet Cultural Institute de Google ou plus justement sur l’une des productions proposées par celui-ci. Il s’agit de l’exposition virtuelle coordonnée par Dorota Szkodzińska (Polish History Museum) : Jan Karski, héros de l’humanité (pour une présentation d’autres sites polonais, cf. Culture.pl). A travers ce cas, c’est tout à la fois l’usage des sources visuelles et le choix d’une présentation chronologique, qui sont interrogés.

Comme son titre l’indique, ce site portant sur le résistant polonais Jan Karski (1914-2000), le présente de manière hagiographique. Le double choix narratif des concepteurs de cette interface consiste principalement à rendre compte des actions qu’il a menées pour sauver des Juifs et à insister sur l’inaction des nations alliées. La figure de Jan Karski est ainsi utilisée afin d’expliquer le rôle positif de la résistance polonaise et les actions menées par les Polonais catholiques pour aider les Polonais juifs durant la Seconde Guerre mondiale (sans pour autant gommer entièrement l’antisémitisme de certaines couches de la population). Après une courte introduction, la biographie de cet homme devenu célèbre est présentée en suivant un axe strictement chronologique. D’un point de vue formel, l’usager du site est invité à se déplacer de gauche à droite sur une sorte de frise (cf. illustration ci-dessous). Ce parcours se divise en trois grandes parties de longueurs différentes : 1914-1939 de la naissance à la guerre (10% de la frise), 1939-1945 le temps de la résistance (60%), 1945-2012 l’après-guerre (30%).

Pour être tout à fait précis, l’exposition se compose de 100 blocs distincts, 46 textes et 54 documents numérisés. Les parties écrites étant plutôt courtes1, la place des archives est donc tout à fait centrale2. Ce qui est particulièrement remarquable, c’est que plus de 85% de ces documents sont des images. Plus de la moitié d’entre eux sont des photographies (29), environ 20% sont des images fixes renvoyant à des séquences filmées (103 ), le reste se divisant entre une carte postale, deux diplômes, deux extraits de rapports, deux affiches, deux cartes, un schéma, un extrait de décret, un extrait de lettre, une couverture d’ouvrage et la couverte d’une autre publication. A l’exception des extraits filmés (ce qui est difficilement justifiable), chacun de ces documents est titré, légendé, accompagné d’une description, ainsi que d’informations portant sur son auteur, la date et le lieu de sa conception, et sur les droits afférents à sa diffusion. Les documents peuvent être agrandis à deux reprises, ce qui permet une consultation dans une qualité tout à fait satisfaisante. De plus, une option permet de partager ces données sur son compte Facebook et sur Twitter. D’un point de vue technique seul, l’absence du verso des images, d’une possibilité de commenter et d’une option permettant le téléchargement des documents, sont regrettables.

Ce qui pose donc question, c’est moins la façon dont chacun des documents est présenté, que la manière dont ils sont agencés au sein de la maquette. L’interrogation principale porte, en fait, sur l’enjeu d’un tel projet. Celui-ci est explicitement présenté sur le site d’un partenaire du Polish History Museum et du projet : Jan Karski Humanity’s Hero (le titre est assez explicite, le contenu encore plus). Dans l’exposition virtuelle, les blocs de textes soutiennent cet axe, Jan Karski étant, le plus souvent, décrit en termes laudateurs. Il obtient son diplôme haut la main, il est l’un des plus brillants, l’un des plus patriotes, il a une mémoire extraordinaire, il fit preuve de beaucoup d’ingéniosité, etc.  Dès lors, ce qui peut être interrogé, c’est la manière dont les documents sont mis au service de cet objectif. Ce discours est, en effet, soutenu par une iconographie composée à 50% de portraits (9 photographies, 11 captures d’images), ainsi que de cinq photographies de famille et de quatre images représentant d’autres personnages célèbres (Roosevelt, Walesa et Obama). Le fond de l’écran est, lui, toujours occupé par un portrait du héros (cf. illustration ci-dessus). Ainsi, les images utilisées ne viennent pas toujours apporter des informations venant compléter ou contredire les textes; elles ont surtout une fonction de répétition. Elles donnent à voir, de manière flatteuse pour lui, le héros à tous les âges (cf. quelques captures d’écrans réagencées, ci-dessous). En fait la présence de ce corpus de documents ne conduit pas à de nouvelles interrogations ou à une compréhension plus fine des enjeux, car ils sont soumis à un impératif qui leur est extérieur.

La présentation chronologique vient renforcer cette impression d’être face à un héros, en lui donnant la force d’une évidence. Les années s’écoulent et le héros est toujours là (visible dans les multiples portraits). Le défilement des blocs de textes et des documents de gauche à droite donne l’impression d’une douce téléologie, d’un écoulement du temps naturel. Une autre approche de la figure du héros Jan Karski aurait été possible ; celle-ci plus critique. Elle aurait consisté à s’interroger sur ce qu’est un héros, à se demander comment naît une figure héroïque. Dans un récent appel à communication, il est rappelé que depuis bien longtemps, « les groupes humains ont créé des héros pour y projeter leurs idéaux et valeurs, justifier leur existence et interroger leur structure éthique. Depuis le demi-dieu antique jusqu’au héros urbain postmoderne, les configurations historiques et culturelles du héros sont multiples et variées. » Qu’est-ce donc qu’un héros dans le cas qui nous intéresse ? On peut partir du principe qu’il s’agit d’une personne reconnue comme étant porteuse de valeurs positives  pour les membres d’une société ou d’un groupe de personnes à un moment donné. Ainsi, au lieu de participer à la construction de la figure du héros (comme le fait ce projet soutenu par le Cultural Institut), il aurait été possible d’en avoir une approche problématisée.

Cela aurait conduit à se demander quand, pour qui et où Jan Karski est-il considéré comme un héros ? Il est possible d’apporter un certain nombre de réponses à ces questions. Le résistant polonais a été considéré comme un personnage public important aux États-Unis entre 1944 et 1945. Il a fait de multiples conférences et son ouvrage a été un succès, puis, par la suite, il a été oublié. Il est redevenu un personnage public au début des années 1980, d’abord aux Etats-Unis (1981-), puis en Israël (1982-), en France (1985 et surtout 2011-) et enfin en Pologne (après 1989). Une telle approche conduirait à sensiblement complexifier la chronologie proposée, à comprendre que ce devenir héros a suivi plusieurs temporalités distinctes (en fonction d’espaces différents). Elle aurait aussi permis de mettre en valeur la période 1945-1981 durant laquelle Jan Karski n’était pas considéré comme un héros. Il y a là des questions passionnantes, qui sont complètement gommées par la présentation hagiographique sur un axe linéaire unique.

Il serait aussi possible de s’interroger sur le rôle actif que Jan Karski, lui-même, a joué dans son propre devenir héros (par exemple, on peut s’intéresser à la manière dont il a résisté à la pression médiatique avant d’accepter son nouveau statut). La façon dont il est présenté comme un héros de l’entraide entre juifs et catholique pourrait aussi être interrogée (comment cette figure du catholique juif Karski s’est-elle construite ? A quelle période ? Pourquoi ?). Enfin, cela aurait permis d’utiliser l’entretien avec le réalisateur Claude Lanzmann (1978, intégré partiellement dans Shoah, 1985), celui avec son biographe Thomas E. Wood (1996, accessible sur Youtube), la photographie d’une plaque commémorative et d’une citation d’un entretien accordé à un journal en 1995, non pas pour documenter la période de la guerre (1939-1945), mais pour comprendre le devenir héros de Jan Karski (1978-2012). Dans ce cadre, d’autres documents auraient d’ailleurs pu être utilisés (l’ouvrage de Yannick Haenel, le dernier film de Claude Lanzmann, la récente pièce de théâtre portant sur Karski, les unes de journaux français en 2011, pour ne citer que quelques exemples).

Toutes ces dimensions qui ne sont pas abordées dans cette exposition virtuelle posent, en fait, une seule et même question : que fait l’historien quand il présente la vie d’un personnage public considéré comme étant un héros ? Est-il contraint de suivre un axe chronologique le conduisant à présenter un certain nombre de moments décisifs ou peut-il participer à faire comprendre comment la présentation de la vie des grands personnages historiques est le résultat d’une construction mémorielle (cf. notamment Lucette Valensi) ? En somme, participe-t-il à la constitution d’une figure, d’un modèle à imiter (Historia magistra vitae est) ou sa fonction est-elle avant tout critique et doit-il participer à expliquer comment une telle figure s’est construite ? Vous aurez compris, que la seconde option a ma préférence, mais il s’agit de constater que l’écriture de l’histoire se situe presque toujours entre les deux.

Et les archives dans tout cela, m’objecterez-vous ? Elles sont des supports, dont on voit bien dans ce cas qu’elles peuvent être utilisées dans un but comme dans l’autre. La présence de certaines métadonnées (date, lieu, etc.), accompagnant les documents dans cette exposition virtuelle, ne vient en rien contredire le propos défendu, la construction d’une figure héroïque. Par contre, un ensemble d’informations plus qualitatives sur les conditions de production de celles-ci (sur la prise de vue des photographies, par exemple) et sur leur diffusion (la manière dont elles ont ou non été publiées, pour reprendre l’exemple des photographies) peut être mis au service d’une approche plus réflexive de l’histoire. L’exposition des documents d’archives, comme étant le résultat de processus techniques et culturels, constitue une entrée possible afin d’appréhender la figure du héros comme résultat d’un ensemble complexe d’opérations étendu dans le temps et dans l’espace.

  1. Il s’agit de 37 textes écrits par l’équipe de l’exposition, 8 citations de Karski (datant de 1978 à 1995) et de trois autres citations. []
  2. Seules les deux cartes, plus récentes, mentionnées ci-après ne relèvent pas de cette catégorie. []
  3. plus une capture d’écran ne renvoyant à aucun film []

Le groupe Facebook privé, outil pour les chercheurs

Depuis mi-mai 2012, dans le cadre du projet Archiver à l’époque du numérique (CRI, Université de Montréal), je coordonne une équipe composée d’une demi-douzaine d’auxiliaires de recherche (pour la plupart étudiants en maîtrise). Durant l’été, l’objectif poursuivi a été de concevoir l’archive numérique d’une  pièce de la troupe de théâtre Dora Wasserman (DWYT). Trois auxiliaires ont principalement travaillé à la conception des métadonnées associées aux documents (Julie Desautels, Annie Lecompte Chauvin et Sabrina Taran), alors que la numérisation était externalisée (Centre d’archives de Lanaudière). Trois autres auxiliaires ont été chargés de mener des entretiens sonores et filmés avec les archivistes bénévoles du DWYT (Emma Roufs, Marie-Hélène Constant et Marc-Antoine Lévesque). Par la suite, un étudiant bénévole a ponctuellement rejoint chacun de ces groupes (Ludovic Cureau et Claudia Polledri). Et, une personne extérieure à l’Université a été en charge de prévoir la mise en place du site internet (Lucas Morlot). Ainsi, une équipe de dix personnes a été constituée.

En termes de gestion de projet, deux problèmes saillant existaient dès le départ (mai 2012). Comment faire circuler les informations entre l’ensemble des membres de l’équipe alors que leurs domaines de compétences et parfois leur lieu de travail allaient être différents? Comment gérer des étudiants dont l’investissement dans le projet n’allait pas être le même (certains allaient travailler 3 ou 4 heures ponctuellement, d’autres 10-15 ou 20 heures par semaine)?

Durant les premiers jours un google agenda a été conçu afin de mettre en place un horaire et une dropbox a été créée pour partager les documents de travail. La mise en place d’une liste de diffusion interne a également été discutée. Puis, bien vite, le nombre de courriels a commencé à croître de manière exponentielle, entraînant les questions classiques liées au choix du nombre de personnes à mettre en copie d’un message portant sur telle ou telle question particulière.

Annie Lecompte Chauvin a alors proposé la création d’un groupe privé sur Facebook1. Après avoir informé le directeur de l’axe, Jean-Marc Larrue2, elle a procédé à la création de celui-ci3. Ce groupe dont les messages et commentaires ne sont strictement visibles que par les membres (préalablement invités) a été l’objet d’une appropriation rapide par l’équipe.

Après trois mois d’existence (24 mai – 28 août 2012), il est possible de faire un premier bilan d’étape de l’usage de cet outil. Durant le premier mois 59 messages ont été mis en ligne, conduisant à la rédaction de 165 commentaires4 et 104 like5. Durant le mois suivant, 64 messages ont été publiés, pour 169 commentaires6 et 119 like7. Pendant le mois dernier, 69 messages ont été partagés, accompagnés de 238 commentaires8 et 149 like9. Au total près de 200 messages commentés en moyenne trois fois chacun auront été échangés entre fin mai et fin août 2012 (schéma ci-dessous).

Il est à noter que seuls 12 messages n’ont provoqué aucune réaction (schéma ci-dessus)10. Un peu plus de 20 messages ont été l’objet de discussions nourries (entre 8 et 20 commentaires) impliquant plusieurs membres de l’équipe. L’exemple suivant peut être reproduit.

Dans ce cas, un message a conduit à onze commentaires (pour un seul like). Le message comporte deux parties. Dans un premier paragraphe, l’auteur apporte une information sur l’avancée du projet (catégorie 1 ci-après), avant de demander une précision dans un second paragraphe. Une réponse est apportée dans les minutes qui suivent (commentaires 1 à 4 et 6), puis un encouragement est formulé le lendemain matin (commentaire 5). La discussion reprend par la suite une fois de premières informations partagées (commentaires 7 à 11). Dans cet exemple, la complémentarité entre la conversation sur le groupe et les données partagées sur la Dropbox est visible. Le but est de savoir où trouver tel ou tel document de travail. Les commentaires rendent aussi compte du fait que les membres du groupes savent que l’avancée de chacune des étapes (ici le dérushage) a un impact sur l’avancée des autres étapes (ici le montage, cf. commentaires 9 et 10).

Par ailleurs, on remarque que les trois membres en charge des métadonnées ont diffusé 59 messages, ceux en charge des entretiens 61 messages11, alors qu’en tant que coordinateur j’en ai publié 67. Seuls les intervenants plus ponctuels, ayant rejoint le groupe en juillet, ont peu pris la parole (5 messages)12.

Les sujets abordés dans ces messages se divisent en cinq grandes catégories : les informations sur le projet (39 messages), les questions sur le projet (21 messages), les partages de données (67 messages), la gestion du projet (61 messages) et quelques divers (12 messages).

Plus précisément ces catégories se subdivisent ainsi13 :

1. Les informations sur le projet (39 messages) : partage d’informations sur l’avancée du projet (29 messages), informations concernant le partenariat (5 messages) et informations sur la création du site internet (5 messages).

2. Les questions sur le projet (21 messages) : il s’agit de demandes de la part d’une personne sur un aspect précis du projet.

3. Les partages de données (67 messages) : partage de références d’ouvrages, d’articles et de sites internet (21 messages, cf. ill. ci-dessous), partage d’articles ou de billets de blogs des membres du groupe (12 messages), partage de documents du projet (26 messages), partage de photographies sur le mur du groupe (8 messages).

4. La gestion du projet (61 messages) : gestion des horaires et du calendrier (17 messages, cf. ill. ci-dessous), répartition ou réorganisation des tâches (14 messages), organisation de réunions et autres séances de travail (25 messages), ajustement suite à des erreurs ou des problèmes rencontrés dans le cours du projet (5 messages).

5. Divers (12 messages) : organisation d’événements informels entre les membres du groupe (7 messages) et informations anecdotiques ou non liées au projet (5 messages).

Dans tous les cas, ce mode de communication n’a créé aucun conflit entre les membres de l’équipe. Les commentaires ont conduit à résoudre un certain nombre de problèmes pratiques. Ils ont permis d’apporter des précisions, d’encourager un collègue, de partager des informations complémentaires, de poser de nouvelles questions ou de faire part de son incompréhension. Les exemples suivants peuvent être reproduits. En haut à gauche, il s’agit d’un cas relatif à l’organisation du projet, ici une information concernant un retard. En haut à droite, il s’agit cette fois d’une demande précise (catégorie 2) formulée par un membre de l’équipe envers un autre. En bas à gauche, il s’agit d’un partage de données. En bas à droite, il s’agit d’un nouveau cas de gestion du projet cette fois suite à un problème.

Dans l’ensemble des cas, la réactivité est souvent inférieure à une minute et presque toujours inférieure à 24 heures. Cela est, en partie, lié au fait que la majorité des auxiliaires de recherche reçoivent les messages postés sur le groupe Facebook directement sur leur téléphone portable. Cela entraîne des réactions proche de celles à un texto (ill. 1 et 2 ci-dessus, commentaires: “ok!” et “yep!”). L’usage du like est lié à ce mode de communication. S’ils correspondent souvent à une marque de satisfaction (liée à l’avancée du projet par exemple), ils ont également été utilisés simplement afin de signifier qu’une information a été bien reçue (cf. ill. 3, ci-dessus). Cette implication et cette réactivité de la part des participants constituent quelque chose de positif pour le projet. Cela ne va cependant pas sans poser des problèmes. Ainsi, les horaires de travail se trouvent bouleversés par ce mode de communication. Une réponse toujours plus rapide est attendue de la part des autres membres du groupe quelque soit l’heure du jour ou le jour de la semaine.

Par ailleurs, l’usage quotidien du groupe conduit à un certain relâchement du vocabulaire et de la syntaxe. On peut citer à titre d’exemples, les commentaires suivants « Hé bin c’est pas normal ! » et « lundi 11:00 stu good » (22 août), « hihihihi » (24 juillet), « oui! mais le premier mail était a trasher n’est-ce pas? » (18 juin), etc.

Pour résumer, si des solutions ont été trouvées lors de conversations sur ce groupe, il s’agit d’un outil et non pas d’une solution miracle et certaines incompréhensions liées à des pratiques professionnelles différentes ont persisté. De plus, il ne faut pas penser qu’un tel groupe remplace l’usager du courriel. Il y a complémentarité entre les différents moyens de communication. Ainsi, l’ensemble des échanges avec nos partenaires – les archivistes membres de la troupe du DWYT et autres centres d’archive – se sont déroulés par courriel (voir par téléphone à quelques reprises). Certains messages n’impliquant qu’une ou deux personnes ou nécessitant des développements plus longs ont également étaient conduits par courriel.

Quelles premières conclusions peuvent être tirées de l’usage de ce groupe après trois mois d’existence?

Tout d’abord, si cela doit être précisé, cette expérimentation rend compte du fait que Facebook n’est pas, par essence, un espace dédié à la procrastination ou la perte de l’identité, mais un outil, un réseau social défini par son usage. A ce titre, il peut être approprié pour un projet universitaire. Dans le cas qui nous concerne, le groupe a surtout eu pour fonction de tenir informé l’ensemble des membres de l’avancé de chacun des aspects du projet et ainsi de renforcer la cohésion de l’équipe. A ce titre, il a permis de résoudre les deux problèmes énoncés en introduction de cette note. Il a aussi été un lieu de mutualisation des connaissances et un espace permettant de multiples retours sur expériences. Enfin, il est aussi devenu une archive du processus de travail engagé. Ces fonctions se sont imposées progressivement suite à l’appropriation par les membres. Le groupe Facebook privé, outil pour les chercheurs, est donc avant tout un outil de gestion participative dont l’efficacité dépend de l’usage et de l’implication de chacun.

  1. L’idée de départ était d’inclure l’ensemble des chercheurs du projet, il a alors été proposé de limiter le groupe aux membres étudiants et au directeur de l’axe portant sur les archives du DWYT. []
  2. Courriel daté du 24 mai 2012. []
  3. Jean-Marc Larrue a été invité à ce joindre à ce groupe. Il était déjà inscrit sur Facebook. Celui-ci ne s’est jamais inscrit au groupe. L’absence du directeur de l’axe dans ce groupe a certainement favorisé les échanges informels sans que cela ne soit véritablement mesurable. []
  4. portant sur 50 messages différents []
  5. portant sur 44 messages différents []
  6. portant sur 45 messages différents []
  7. portant sur 54 messages différents []
  8. portant sur 50 messages différents []
  9. portant sur 63 messages différents []
  10. respectivement 4 le premier mois, 2 le suivant et 6 le mois dernier []
  11. Dans chacun des groupes la répartition des messages est à peu de chose près la même. Une personne a diffusé la majorité des messages, une environ un tiers et la troisième est resté relativement en retrait. []
  12. Dans tous les cas, chacun des auxiliaires de recherche a publié au moins un message. []
  13. Le nombre total de messages est de 192, dans cette liste 200 entrées apparaissent car il arrive ponctuellement qu’un message corresponde à deux catégories. Cela reste marginal. []

Les sites documentaires de la Cinémathèque ou l’archive valorisée.

Le site de la Cinémathèque française héberge, en plus d’un espace consacré à des expositions virtuelles, une page regroupant dix sites documentaires. Cette appellation correspond à un ensemble d’interfaces créées afin de valoriser certains fonds d’archives de l’institution. Ces sites ont pour objectif de « mettre en évidence les richesses et les points forts des collections, et éventuellement de proposer des ressources externes ».  Les quatre premiers ont été conçus il a déjà plusieurs années par la Bibliothèque du film (BIFI), alors que deux des trois plus récents ont été réalisés en partenariat avec l’ANR Cinémarchives (dont on a déjà présenté le très intéressant carnet de recherche). Ces sites portent principalement sur des réalisateurs: Julien Duvivier, S. M. EisensteinEdmond GrévilleSacha GuitryF. W. Murnau et Jean Renoir, mais aussi sur un décorateur, Serge Pimenoff et enfin sur des organisations: le Festival de Cannes, le Crédit National et la société Triangle. Cet ensemble de sites permet de s’interroger sur la manière l’institution cherche à valoriser sur internet les archives qu’elle conserve. En somme, quels choix éditoriaux ont été faits pour concevoir ces sites documentaires?

Le graphisme de la plupart de ces sites a été effectué par la même équipe (VRDCI) et semble avoir répondu à un même cahier des charges. Ainsi, pour les réalisateurs, une présentation du site, une biographie, une filmographie, une bibliographie et un ensemble de ressources, dont la présentation du fond de la Cinémathèque, sont donnés à consulter. Ceux conçu en partenariat avec l’ANR Cinémarchives vont au-delà de ce premier niveau en présentant les types de documents conservés dans chacun des fonds (documents administratifs, scripts, maquettes, croquis, carnets et photographies). Ces informations sont reliées, le plus souvent, avec les fiches documentaires mises en ligne sur le site Ciné-ressources. Dans la plupart des cas une place centrale est occupée par le texte, les images (photographies, affiches, photogrammes, lettres et autres documents textuels) servant d’illustration à celui-ci.

La forme et le contenu de ces textes posent question. S’ils sont rédigés dans un style clair, retenant l’attention du lecteur, ils sont souvent longs1 ce qui mène à s’interroger sur les usagers réels de ces sites. On peut se demander: à quelles attentes ces interfaces documentaires répondent-elles? Si c’est aux chercheurs, aux étudiants ou aux cinéphiles (érudits parmi les érudits), qu’ils s’adressent les textes proposés seront toujours trop courts (les normes suivies ne sont, à juste titre, pas celles d’un article scientifique)2. Si ces sites s’adressent aux curieux, ces textes sont trop longs et les sites pas assez interactifs. En effet, aucune de ces interfaces ne proposent un espace de commentaire pour les internautes. Il s’agit d’une transmission d’information unilatérale de la part de l’institution vers les usagers. De plus, aucun site n’offre de contenu sonore et un seul site propose des contenus vidéo (extrait de film et capsule vidéo réalisée pour l’occasion).

Une fois ces critiques générales formulées, il est possible de s’intéresser aux points forts de ces sites. Tout d’abord et c’est certainement leur but principal, ils donnent accès à des données qui, en l’absence de valorisation, demeurent difficile à connaître. Les bibliographies et les filmographies, les liens vers les inventaires des fonds de la Cinémathèque, sont facilement accessibles (téléchargeables et imprimables en un clic). A titre d’exemple, la base de données des films soutenus par le Crédit national a un moteur de recherche, permettant un questionnement par catégories (année, réalisateur, titre et producteur). De plus, si le texte est central, plusieurs sites valorisent de manière intéressante les documents. Il ne s’agit pas de collections numérisées dans leur ensemble, mais, à chaque fois, de quelques documents issus des collections. Ainsi, le site du Festival de Cannes, propose par le biais d’un menu déroulant un accès par années (ill. de gauche ci-dessous). Sur le site du Crédit national une quinzaine d’analyses de documents sont proposées. L’usager peut confronter l’analyse et une version numérique (d’une partie) du document (ill. de droite ci-dessous).

De plus, dans certains cas les illustrations sont consultables directement dans le corps du texte3. Elles peuvent (ou non) être ouvertes dans des fenêtres indépendantes (ill. ci-dessous).

Le choix de faire figurer sur la page d’accueil du site consacré à Sacha Guitry, un bandeau déroulant composé de reproductions de certaines affiches des films, constitue une manière intéressante de rendre visible ces documents. Le fait que ce bandeau soit relié à la page présentant la filmographie du réalisateur rend la consultation du site plus dynamique  (ill. ci-dessous).

Par contre, seul le site du Festival de Cannes propose des descriptions des documents, les autres se contentant, le plus souvent, des seules mentions légales4 (ill. ci-dessous). Dans tous les cas la résolution proposée est le plus souvent très faible rendant le plaisir esthétique moindre et tout travail scientifique pratiquement impossible (pour cela le chercheur est invité à contacter la Cinémathèque afin de consulter le fonds). Enfin, le téléchargement des images n’est pas non plus favorisé.

Pour conclure, on souhaite présenter la véritable bonne surprise de ces interfaces, soit la vidéo de 12 minutes réalisée par Guisy Pisano (professeure de cinéma à Paris Est)5. Cette capsule conçue pour le site portant sur les archives de Serge Pimenoff, propose des extraits d’entretiens avec les décorateurs de cinéma, Jacques Bufnoir, Jean-Jacques Caziot et François de Lamothe, ainsi que des plans sur des documents issus de l’archive6 (ill. 1 et 3 ci-dessous), la cohérence du tout étant assurée par une voix-off.

Les protagonistes s’expriment tout autant au sujet des archives elles-mêmes, qu’ils manipulent parfois (ill. 2 ci-dessus), qu’à celui de leurs manières de faire respectives. Les décorateurs expliquent en quoi les pratiques de Pimenoff ont nourries leur propre travail et en quoi certaines façons de faire sont aujourd’hui dépassées (l’axe choisi est celui des continuités et ruptures dans cette pratique professionnelle). Menée dans une perspective d’histoire culturelle du cinéma cette vidéo conduit ainsi à mieux comprendre l’usage passé des documents consultables dans l’archive. Le montage du film produit une rencontre entre la temporalité des documents (rédigés il y a plusieurs dizaines d’années) et celle des paroles actuelles des décorateurs conduisant ainsi à une meilleure compréhension du fonds.

Pour résumer, si certaines de ces interfaces sont très datées7, présentant une sorte de contenu documentaire minimum, d’autres proposent des formes de valorisation des archives du cinéma très intéressantes. Au-delà de l’inventaire, de la filmographie et de la biographie, la numérisation des documents, le tournage d’entretiens, la réalisation d’un bandeau déroulant, l’intégration de l’image dans le texte, sont autant de petites formes qui enrichissant la compréhension d’un fonds d’archives permettent de le valoriser. En suivant cette perspective, on se rend compte que les choix éditoriaux présentés ci-dessus constituent les premiers balbutiements d’un genre de site qui est amené à se développer dans l’avenir.

Les illustrations utilisées dans le cadre de cette note sont des captures d’écran des sites susmentionnés.

  1. et parfois trop courts. Consulter les premiers sites, dont notamment celui sur Jean Renoir. A titre d’exemple la page sur le(s) prix est pour le moins lacunaire (vs. imdb). []
  2. Si l’objectif poursuivi est de créer des vocations, d’inviter de nouveaux chercheurs et étudiants à se pencher sur les fonds de la Cinémathèque, on peut légitimement s’interroger sur l’adéquation entre les moyens engagés et le but recherché. []
  3. Il arrive que le moyen technique soit utilisé pour présenter dans le corps du texte la définition d’un sigle (exemple) []
  4. Il arrive que ces mentions soient absentes, consulter, par exemple, l’image en Une du site Murnau []
  5. On regrette seulement l’absence d’information sur les conditions de réalisation de cette vidéo et la qualité parfois douteuse du mixage. []
  6. Certains documents proviennent d’autres fonds d’archives. []
  7. On pense ici surtout aux quatre plus anciennes []