Archives par mot-clé : intermédialité

Les ressources de la vidéo pour l’archivage en ligne

Le numéro 46 de la revue Eduquer|Former co-dirigé par Daniel Jacobi & Michael Bourgatte a pour sujet les « Innovations pédagogiques et usages de la vidéo ». J’ai publié dans celui-ci un article intitulé « Les ressources de la vidéo pour l’archivage en ligne » qui est accessible en ligne sur le site de la revue. Continuer la lecture de Les ressources de la vidéo pour l’archivage en ligne

Regards singuliers sur une pratique plurielle: Amos Gitaï

C’est avec un réel plaisir, que je partage ici l’affiche et programme du cycle Regards singuliers sur une pratique plurielle  consacré à Amos Gitaï, que je co-organise avec Fabienne Elkeslassy, Marc-Antoine Lévesque et Claudia Polledri. Il se déroulera du 28 janvier au 29 avril 2015 à Montréal. N’hésitez pas à faire circuler l’information. Pour toute question complémentaire vous pouvez contacter: cycle.amos.gitai@gmail.com

Capture d’écran 2015-01-08 à 10.06.33

Résolument pluridisciplinaire, le cycle Regards singuliers sur une pratique plurielle (28 janvier au 29 avril 2015) interroge la construction d’un imaginaire médiatique et culturel protéiforme à travers un corpus d’œuvres défini. Les réalisations du cinéaste, artiste contemporain, architecte et photographe, Amos Gitaï, nous paraissent incarner cette diversité. Depuis ses premiers courts-métrages, Gitaï se situe, en effet, toujours à l’articulation entre différentes cultures, à cheval sur différentes pratiques, dans un entre-deux artistique et politique. Dans le cadre de ce cycle, l’objectif est de faire résonner ses films, ses installations, ses photographies, avec différentes approches disciplinaires (archivistique, esthétique, histoire culturelle, muséologie, études cinématographiques, histoire de l’art), afin de faire ressortir la complexité et la diversité qui les caractérisent.

Choisissant cette approche, nous désirons favoriser des rencontres entre plusieurs de ces points de vue. L’hypothèse est que chacun de ces regards singuliers – C. Bernier, R. Besson, P. Boudon, L. Dugas, L. Fima, A. Klein, C. Polledri, R. Robin, A. Schweitzer – fera émerger un aspect particulier de sa pratique. Seule l’accumulation de ces appropriations permettra au cours du cycle de voir apparaître des distinctions et des effets de cohérence qui conduiront à repenser le geste créateur de Gitaï. À deux reprises, les étudiants et jeunes chercheurs participant régulièrement au cycle seront invités à prendre part à la création de ce nouveau regard. Le premier moment – le workshop – portera sur le caractère intermédial de ses films, alors que le second – la journée d’étude – constituera l’occasion d’un retour sur l’ensemble de ce parcours interartial et pluridisciplinaire.

Prenant la suite du cycle organisé en 2014 autour de « Pasolini citoyen : l’engagement dans le réel », le cycle Regards singuliers sur une pratique plurielle se compose de six conférences, de cinq projections-débats et d’un workshop. Il se déroulera de manière hebdomadaire – le mercredi soir de 18 h à 21 h –, au Carrefour des arts et des sciences situé dans le pavillon Lionel-Groulx de l’Université de Montréal. Une journée d’étude est également prévue en mai 2015. Ce cycle est réalisé en collaboration avec le Centre de recherches intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques, le GRAFICS, la Facultés des arts et des sciences de l’Université de Montréal, l’Observatoire du cinéma au Québec et le Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal.

Programme:

28 Janvier : Conférence d’ouverture
Invité : Ariel Schweitzer, Maître de Conférences, Études cinématographiques à Paris 8.

4 Février : Projection : Désengagements (2007)

11 Février : Workshop – Amos Gitaï, une œuvre intermédiale
Rémy Besson, Post-doctorant, Université de Toulouse, chercheur associé au CRIalt.
Projection : sélection de court-métrages

18 Février : Table ronde « Le cinéma à l’épreuve de la muséologie »
Intervenants : Christine Bernier, Professeure d’histoire de l’art, Université de Montréal. Rémy Besson, Post-doctorant, Université de Toulouse, chercheur associé au CRIalt. Claudia Polledri, Doctorante, Littérature comparée, Université de Montréal

25 février : Projection : Bait (2002)

18 Mars : Conférence Amos Gitaï et l’architecture
Séminaire avec Pierre Boudon, Professeur à la Faculté de l’aménagement, LEAP Université de Montréal.

25 Mars : Projection : Kedma (2001)

1 Avril : Conférence Le cinéma d’Amos Gitaï
Lucie Dugas, Docteure en études cinématographiques, Université de Montréal.

8 Avril : Projection : Lullaby to my father (2012)

15 Avril : Conférence Histoire du cinéma israélien
Lea Fima, Chargée de cours en études juives, Université McGill.

22 avril : Projection : Carmel (2009). Discussion avec Régine Robin, historienne et écrivaine.

29 avril : Conférence Archives
Anne Klein, Professeure au département d’études historiques, Université Laval.

Le comité organisateur :

Rémy Besson, postdoctorant au LLA-CREATIS (Toulouse 2) et chercheur associé au CRIalt
Fabienne Elkeslassy, étudiante à la maîtrise en histoire de l’art à l’UQÀM
Marc-Antoine Lévesque, doctorant en histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal, coordonnateur du CRIalt
Claudia Polledri, doctorante en littérature comparée de l’Université de Montréal

Donner à voir des écarts d’usages: l’exemple de l’intermédialité

Pour une intervention dans le cadre d’un séminaire du LLA-CREATIS (cf. annonce sur ce carnet), j’ai été amené à revenir sur la notion  d’intermédialité et à la définir par rapport à d’autres notions connexes comme l’intertextualité, l’interdiscursivité, l’intermatérialité ou l’hypermédialité.

Une façon de présenter les choses communément admise est de classer ces notions par leur date d’émergence. L’intertextualité arrive avant l’interdiscursivité, puis l’intermédialité, avant que d’autres termes ne soient proposés. Ces moments de conceptualisation peuvent aisément être datés, respectivement la fin des années 1960, la seconde partie des années 1970 et la seconde partie des années 1990. Cette conception (teintée d’un certain progressisme pas très réflexif) est à la fois indiscutable et, en même temps, ne permet pas de bien comprendre la coexistence de ces termes jusqu’à aujourd’hui. En somme on a tendance – un peu naïvement – à penser qu’un terme chasse l’autre.

Pour rendre cette coexistence des termes visible, je me suis replongé dans l’interface NGram viewer de Google (voir sa présentation TEDx en 2011). Elle est ici utilisée comme un indicateur de tendance (dont on connaît par ailleurs les limites, notamment pour les termes peu utilisés, sur ce sujet lire l’article de Patrick Peccatte sur le carnet Déjà vu)1. NGrams permet, par exemple, de faire ressortir un décalage temporel entre le début de l’usage du terme interdiscursivité et celui d’intermédialité (Cf. les débuts des deux courbes sur le graphique ci-dessous). Cela est bien connu de tous les chercheurs s’intéressant un peu à cette question. Moins connu, cela permet de voir que les deux termes sont autant utilisés à partir de 2005 et que depuis celui d’intermédialité semble plus utilisé.

Capture d’écran 2014-12-08 à 15.09.46

(n’hésitez pas à cliquer sur l’image pour un affichage plein écran) Continuer la lecture de Donner à voir des écarts d’usages: l’exemple de l’intermédialité

  1. Il faudrait aussi pouvoir moissonner les articles publiés dans les revues, une notion se développant certainement plus là que dans les ouvrages []

Séminaire Intermédialidades

Le mardi 9 décembre de 16h à 18h30 sur le campus du Mirail de l’Université Jean Jaurès (salle OBM2), je vais présenter une synthèse de mes travaux sur l’intermédialité dans le cadre du séminaire Intermedialidades (LLA-CREATIS). Cette séance sera  ainsi l’occasion de revenir sur la notion même d’intermédialité et de la définir par rapport à d’autres notions connexes comme l’intertextualité, l’interdiscursivité, l’intermatérialité (une version plus dense d’un billet partagé sur ce carnet il y a quelques semaines). Un état des lieux des principaux axes de recherche du CRIalt (Université de Montréal) depuis une dizaine d’années sera effectué. On reviendra ici sur les notions de coprésence, de transfert, d’émergence et de milieu. Enfin, la revue Intermédialités, la bibliographie collaborative  (groupe Zotero) et les fiches notions mises en place par ce laboratoire seront discutées.

Euriell Gobbé-Mévellec, MCF au LLA-CREATIS, présentera dans un second temps les pistes méthodologiques qu’elle explore et de premiers résultats qu’elle a obtenus à partir d’une lecture intermédiale d’albums pour enfants. Tout en continuant d’utiliser l’outil critique du dispositif, elle s’appuie en même temps sur les recherches développées au CRIALT autour de la formation des nouveaux médias pour penser l’émergence du livre numérique pour enfant en relation avec l’album imprimé et questionner l’apparition d’un potentiel nouveau média.

Les voisins de l’intermédialité

Dans le cadre du cours que je donne cette année en licence sur l’intermédialité, j’ai été amené à définir ce concept. Cela m’a conduit à le distinguer d’autres termes proches : l’intertextualité, l’interdiscursivité, l’intermatérialité, la transmédialité, voire l’hypermédialité. Ces définitions sont pensées comme de premiers éléments qui sont ensuite à approfondir afin que nous partagions a minima un vocabulaire commun. L’objectif principal est de mieux comprendre la singularité de l’intermédialité dans le champ de ces termes concurrents. Je reproduis ces quelques notes en espérant qu’elles vous seront utiles et qu’elles vous donneront surtout envie d’aller plus loin. Continuer la lecture de Les voisins de l’intermédialité

Archives, intermédialité et numérique

Archives, intermédialité et numérique.
Cette présentation a porté sur la manière dont les archives sont mises en ligne. Au-delà des seules archives numériques et autres sites documentaires, il s’agit ici de questionner l’émergence de modes de médiation nouveaux : expositions en ligne, webdocumentaires, encyclopédies, MOOC, etc. Cela conduit à s’intéresser à des productions culturelles qui s’éloignent du mythe de la transparence du support médiatique, afin de gérer la nécessaire coprésence de diverses formes dans un même espace virtuel. Resituée dans une perspective intermédiale, marquée par l’omniprésence du numérique, et dans les nouvelles configurations des rapports entre présent, passé et futur, entre mémoire et histoire, entre témoignage, trace et document, l’archive ne nous apparaît, en effet, plus seulement comme une trace du passé qui a été institutionnalisée, mais aussi comme une forme de médiation dont il s’agit de comprendre le rôle dans l’espace public.

Rémy Besson, 16 octobre 2014, colloque Processus de création et archives du spectacle vivant, Rennes 2.

Dans le cadre de ce colloque, dont j’étais membre du comité scientifique,  j’ai également eu l’opportunité de présenter avec Jean-Marc Larrue (Université de Montréal), l’archive numérique de la troupe Dora Wasserman (17 octobre, cf. Programme complet).

Archiver à l’époque du numérique – l’autre coprésence

Vous trouverez ci-dessous la présentation correspondant à une intervention portant sur le projet Archiver à l’époque du numérique, intitulée « un défi épistémologique » (13 juin 2014). Celle-ci prend place dans le cadre de l’atelier international L’autre coprésence co-organisé par Giusy Pisano et Jean-Marc Larrue à l’Université de Montréal.

L’enjeu de cette présentation est de réinscrire ce projet dans le cadre d’un tournant historiographique – dont il est à la fois un symptôme et un vecteur – qui voit un retour de l’archive s’articuler avec ce qui est souvent désigné comme l’ère du témoin (ou de la victime). Cette communication propose donc de relier une réflexion sur des enjeux mémoriels avec un questionnement portant sur les formes de médiation du passé (ici à partir de l’étude de cas d’une archive en ligne).

Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité

Vous trouverez ci-dessous un texte inédit intitulé, « Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité à l’époque contemporaine », il a été rédigé dans le cadre d’un postdoctorat mené à l’Université de Toulouse. Il s’agit d’un état de l’art dans le domaine des recherches sur l’intermédialité. Les termes suivis du signe * correspondent à soixante notions clefs. Ce texte a notamment été rédigé afin de faire ressortir l’importance de ces notions pour comprendre ce qu’est l’intermédialité.

Un axe de pertinence

A l’origine, c’est-à-dire au milieu des années 1990, la volonté de théoriser la notion d’intermédialité naît d’un désir de considérer les relations entre les médias comme un objet d’étude à part entière1. Éric Méchoulan explique :

Le préfixe inter vise à mettre en évidence un rapport inaperçu ou occulté, ou, plus encore, à soutenir l’idée que la relation est par principe première : là où la pensée classique voit généralement des objets isolés qu’elle met ensuite en relation, la pensée contemporaine insiste sur le fait que les objets sont avant tout des nœuds de relations, des mouvements de relation assez ralentis pour paraître immobiles2. Continuer la lecture de Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité

  1. En prenant comme point de départ le milieu des années 1990, nous précisons ici dès le départ, que ce sont les évolutions contemporaines de la notion d’intermédialité et son actualité que nous allons questionner par la suite. Une archéologie de la notion aurait pu nous mener à d’autres résultats. []
  2. « Intermédialités : le temps des illusions perdues », Intermédialités, n° 1 : naître, 2003. []

Cinéma et attraction ou comment faire avec le bric-à-brac

Sous-titré « Pour une nouvelle histoire du cinématographe », Cinéma et attraction (2007) d’André Gaudreault est un ouvrage dont la sortie n’est pas allée sans créer de vifs débats. François Albera, Alain Boillat, Alain Carou et Laurent Le Forestier notamment ont répondu aux propositions méthodologiques formulées dans celui-ci aussi bien dans 1895, Cinémas que dans les Annales. Leurs critiques, parfois exprimées de manière virulente, portaient avant tout sur l’objet étudié, soit sur les raisons évoquées par Gaudreault afin d’abandonner l’expression cinéma des premiers temps, pour désigner les années 1890-1915, au profit de celle de cinéma-attraction. Dans le cadre de cette note, il s’agira plus de s’intéresser à ce que le chercheur propose d’un point de vue strictement épistémologique (en le détachant en quelque sorte de l’objet étudié). En effet (avec la distance des sept années écoulées depuis la publication), il est possible de revenir sur l’impulsion principale proposée par l’ouvrage, celle qui consiste à appréhender le cinéma (alors encore en devenir), avec les outils de l’intermédialité. Continuer la lecture de Cinéma et attraction ou comment faire avec le bric-à-brac

Quelle archive numérique?

Vous trouverez ci-dessous le support d’une communication intitulée, Quelle archive numérique pour la troupe de Dora Wasserman?, donnée le 10 février 2014 dans le cadre du séminaire de recherche « Approches intermédiales des archives », dirigé par André Habib (Université de Montréal).

La création de l’archive numérique de la troupe de théâtre yiddishophone Dora Wasserman constitue l’étude de cas placée au centre du projet réflexif Archiver à l’époque du numérique. Cette communication reprend les principaux enjeux théoriques et pratiques abordés lors de ce projet de recherche. Sans a priori technophile ou technophobe, les acquis et les limites du projet sont également soulignés. Elle rend ainsi compte des tournants les plus récents aussi bien dans le domaine de l’archivistique, que dans celui des usages de l’archive par les chercheurs en sciences sociales et les professionnels du théâtre. Ainsi, les questions relatives à l’indexation sociale et à l’histoire orale, à la convergence entre les médias et à l’interopérabilité, sont placées au centre de cette présentation qui vise à rendre compte de la structure informationnelle complexe qui a été mise en place pour créer l’archive numérique de cette troupe de théâtre.