Archives par mot-clé : méthodologie

Du cadrage théorique comme fait routinier – Signalement

Comme son titre l’indique, l’article de Françoise Boch, Francis Grossmann, Fanny Rinck (LIDILEM, Grenoble III, 2009) intitulé: Le cadrage théorique dans l’article scientifique : un lieu propice à la circulation des discours, porte sur la notion de « cadrage théorique », soit sur les quelques lignes, souvent introductives, durant lesquelles le chercheur propose d’inscrire et en général de démarquer sa recherche de ce qui a déjà été publié sur le sujet qu’il va ensuite aborder1. Notant que : « ce qui est frappant, c’est la manière dont une discipline reconstruit son histoire, à l’aide de formules qui escamotent les ambiguïtés de son évolution, ou qui, inévitablement, simplifient son parcours. » , ils rappellent que « le renvoi au déjà-là du champ ne doit cependant pas être envisagé sous le seul angle de la transparence ; ne serait-ce que sous l’effet de la sélection dont procède la mention d’une source, le cadrage dans l’article n’est jamais neutre et fournit une vision du champ, en reconstituant son histoire ou son état d’avancement. » Ainsi cet article de linguistique2 constitue un bréviaire permettant de dénaturaliser ce fait routinier qu’est le « cadrage théorique »3. On remercie particulièrement les auteurs de l’avoir rendu accessible en ligne (sous la forme d’un document Word) :

« Cette contribution propose d’aborder la question de la circulation dans le cadrage théorique de l’article de recherche, en partant du constat que le genre de l’article requiert tendanciellement de se livrer à un état des lieux de la question traitée. (…) » lire la suite.

  1. Cette notion est parfois proche de celle d’état de la question. []
  2. dont on peut simplement regretter qu’il porte strictement sur un corpus d’articles… de linguistique, alors que la démonstration aurait pu être tout autant pertinente sur des recherches menées en sociologie, en histoire, etc. Les auteurs précisent toutefois que « l’équipe norvégienne autour du projet  KIAP (…) a bien montré que l’enjeu de démarcation ne se manifestait pas de la même manière selon les disciplines (…) » []
  3. Les auteurs en appellent à la « responsabilité sociale et épistémologique » du chercheur. En conclusion, ils indiquent que cleui-ci’ « doit s’interroger sur la manière dont il contribue lui-même à la « mise en circulation » des discours, et ce, paradoxalement, à travers le masquage même qu’il opère. » []

Séance du 16 février 2011 – Historiographie (2)

Le temps d’une séance, le 16 février 2011 (18h-20h. bibliothèque du CEHTA à l’INHA), l’atelier Les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire se transformera en un lieu de discussion ouvert aux questions pratiques liées à la mise en forme scripto-visuelle d’une recherche. En partenariat avec l’atelier des Masters du Lhivic (coordonné par Valentina Grossi et Pier-Alexis Vial) la discussion sera ouverte autour des questions relatives aux modalités de l’intégration des images comme documents au sein d’un mémoire ou d’une thèse. Quel statut les images fixes peuvent-elles occuper? S’agit-il d’illustration, d’argument, de document? Faut-il les intégrer au sein du texte ou les réunir dans un carnet mis en annexe?  Comment ces images doivent-elles être légendées? Est-il également possible d’intégrer des images en mouvement? Pourquoi? Comment? Au-delà d’une simple approche normative, on s’interrogera à partir de cas précis sur les problématiques relatives à la matérialité des images. Etant entendu qu’il n’existe pas une réponse unique à ces questions, cette séance sera largement ouverte au questionnement de chacun des participants et constituera une occasion de faire un point pratique sur cet aspect souvent non problématisé de la recherche.

Séance du 15 décembre 2010

La séance du 15 décembre 2010 (INHA, Bibliothèque du Cehta, 17h.-19h.) est commune aux différents ateliers du Lhivic. Ce sera l’occasion de faire un point historiographique sur les différents rapports entre écriture de l’histoire et mise en image du passé, soit pour le dire plus simplement entre Histoire et Cinéma-Photographie. Dans ce cadre, je vous présenterai une première version de l’introduction d’un ouvrage méthodologique que nous écrivons actuellement avec Marie Chominot. Cette séance constituera également l’occasion de vous présenter et de discuter autour de la première partie du livre, qui suivant le cahier des charges de la collection Repères (La Découverte), portera sur l’historiographie du champ. Lors d’une seconde séance, le 16 février 2010, Marie Cheminot présentera un état de l’avancée de la seconde partie du livre qui s’articule autour d’études de cas et d’une approche plus pratique.

Dans cette perspective je vous invite à relire les notes mises en lignes entre juin et début août 2010 sur Cinémadoc (Une page dédiée a été conçue à cet effet). Comme convenu lors de la dernière séance, je vous conseille trois ou quatre textes en particulier. Premièrement la note portant sur les articles de Georges Sadoul publiés dans L’histoire et ses méthodes en 1961. Ces articles constituent un état de la recherche avant que les historiens ne s’intéressent au film comme un objet. Deuxièmement la note portant sur l’introduction à L’historien et le film, de Christian Delage et Vincent Guigueno et/ ou la note sur L’histoire par la photographie d’Ilsen About et Clément Chéroux. Troisièmement, je vous conseille le texte Image et Contexte – Christian Delporte, qui propose une méthode différente de celle que l’on pratique.

Reconnaître une incertitude – Edgar Morin

« Les phénomènes progressifs/régressifs, c’est-à-dire qui font progresser à la fois la connaissance et l’ignorance, constituent des progrès réels; je veux dire que reconnaître une ignorance et une incertitude  constitue un progrès à mes yeux »

Edgar Morin, Science avec conscience, Seuil, 1990 (1ère Edt. Fayard, 1982), p. 94

Il est des textes que l’on ne peut cesser de relire et que parfois on a envie de partager. Ces quelques lignes sont issues d’un ouvrage d’Edgar Morin Science avec conscience ou plus justement d’un chapitre : L’idée de progrès de la connaissance et plus précisément du sous-chapitre : Connaître la connaissance (p. 91-93). Il me semble ici poser un certain nombre d’enjeux méthodologiques auxquels on se confronte au quotidien, sans pour autant que l’on soit capable de les formuler. Ce qui est également important c’est la manière dont il articule ses arguments : la fameuse pensée de la complexité. Enfin ce qui peut également retenir l’attention c’est son style si particulier : l’usage du  et, du mais et du point virgule entre autres.

« Le poète Eliot disait : « Quelle est la connaissance que nous perdons dans l’ Information et quelle est la sagesse que nous perdons dans la Connaissance? » 1 Il voulait dire par là que la Connaissance n’est pas harmonie; elle comporte différents niveaux qui peuvent se combattre et se contredire eux-mêmes. Connaître comporte « information », c’est-à-dire possibilité de répondre à des incertitudes. Mais la connaissance a besoin de structures théoriques pour pouvoir donner sens aux informations; et alors on se rend compte que si nous avons trop d’informations et pas assez de structures mentales, l’excès d’informations nous plonge dans un « nuage d’inconnaissance », ce qui nous arrive fréquemment quand nous écoutons la radio ou lisons nos journaux. (…) Nous voyons donc bien que se pose un problème : trop d’informations obscurcissent la connaissance. Mais il y a un autre problème : trop de théorie l’obscurcit aussi. Qu’est-ce que la mauvaise théorie? La mauvaise doctrine? C’est celle qui se clôt sur elle-même parce qu’elle croit posséder la réalité ou la vérité. La théorie close a tout prévu d’avance. On le voit très bien en lisant certains journaux de partis : les événements confirment toujours la ligne politique du journal et, quand il ne la confirment pas, on ne parle pas de ces événements. Autrement dit : la théorie-qui-sait-tout déteste la réalité qui la contredit et déteste la connaissance qui la conteste. Ainsi nous avons dans la Connaissance la même ambiguïté, la même complexité qu’en l’idée de Progrès.

De plus, il y a un autre problème qui est celui-ci : les connaissances et la Connaissance ne  s’identifient pas. Le progrès des connaissances spécialisées qui ne peuvent communiquer les unes avec les autres entraîne une régression de la connaissance générale; les idées générales qui restent sont des idées absolument creuses et abstraites ; et on a le choix entre des idées spécialisées, opérationnelles et précises, mais qui ne nous informent en rien sur le sens de nos vies, et des idées absolument générales, mais qui n’ont plus aucune prise avec le réel. (…) Pendant des siècles, l’ordre vrai de la Connaissance était la Théologie. Et aujourd’hui l’ordre vrai de la Connaissance s’appelle Science ; c’est du reste pour cette raison que toute volonté de monopoliser la Vérité prétend détenir la « vraie » science. »

Idem, p. 92-93

  1. Where is the wisdom we have lost in knowledge? Where is the knowledge we have lost in information? Cette citation est issue du poème The Rock, 1934, dont on peut trouver la version anglaise ici []

Apprendre à chercher en histoire. L'apprenti historien face aux sources

Ce séminaire de l’ENS particulièrement destiné aux étudiants de L3/M1 est ouvert à tous. Il fonctionne sur le principe d’un atelier : présentation d’un thème associé à un travail pratique sur les sources. Coordonné par Sarah Fargeon, Jérémie Ferrer-Bartomeu et Jonathan Motchidlover il a lieu le mercredi de 17h à 19h en Salle d’Histoire à Ulm (45, rue d’Ulm, 75005). Il est à noter que les premières séances porteront sur les sources iconographiques (le séminaire se poursuivant ensuite jusqu’à fin mai).

seminaire-archive

INTRODUCTION
3 février 2010 : Séance d’introduction. Salle d’Histoire

*SOURCES ICONOGRAPHIQUES
10 février : « Rien à voir ? Les photographies des combattants de la
Première Guerre mondiale » Sarah Fargeon. Séance prévue à la BDIC des
Invalides

17 février : « Documenter la mise en récit du témoignage de Michaël
Podchlebnik dans Shoah, le film de Claude Lanzmann » Rémy Besson. Salle
d’Histoire

24 février : « Histoire et Histoire de l’art : l’utilisation des
tableaux comme sources historiques » Fabien Lacouture. Salle d’Histoire

Reproduction d’une photographie d’une photographie légendée : Eglingen. La place. Mai 1915. Albums J. Lévi

Le film documentaire, les approches et les méthodes

« Dès le moment où on a trouvé un sujet intéressant… la première étape et c’est pour cela que ça s’appelle faire des films documentaires, c’est de se documenter sur ce sujet parce qu’on a pas tout de suite des informations précises sur ce sujet. »

Entretien mené par Margot Sputo pour les Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR) avec Djamel Tahi, Producteur, réalisateur de films documentaires, 01:08:27

Djamel Tahi revient entre autres sur les modes de narration des films documentaires en proposant trois possibilités  de fil rouge en fonction du sujet traité : le réalisateur-acteur, le choix d’un personnage principal et enfin une multitude de personnages. Il insiste également sur le rôle de l’interview dans les films documentaires. Il s’agit, pour lui, d’un exercice quasi-schizophrénique dans la mesure où la personne  interviewée est la source d’information et que le réalisateur doit connaître un maximum de choses avant de la filmer. L’objectif de ce procédé de documentation en amont est de pouvoir réagir à la narration proposée par l’interviewé. La dimension schizophrénique correspond au fait que l’interviewer doit faire penser qu’il ne sait rien de ces informations pendant l’entretien. Il conclut sur ce point en comparant le travail de l’interviewer avec une improvisation pour un jazzman (il doit à la fois connaître la grille et pouvoir en sortir).

La Praça Onze, berceau du samba

Le mercredi 13 janvier 2010 de 17h. à 19h. dans le cadre de l’atelier nous aurons l’occasion de continuer notre questionnement sur Les enjeux de la narrativité avec une séance interdisciplinaire autour de la question de la « mise en récit ». Toujours dans une optique pragmatique et à partir d’une étude de cas cette séance s’articulera autour d’une présentation de Laura Jouve-Villard qui est doctorante en Musique à l’EHESS et qui travaille sur La Praça Onze de Junho à Rio de Janeiro. Dans l’optique de cette séance, elle nous invite à prendre connaissance d’un texte de Gérard Lenclud Quand voir c’est reconnaître qui nous permettra de mieux appréhender sa présentation.

La Praça Onze, berceau du samba : « mise en intrigue » de l’histoire, et mise en récit du regard anthropologique.

La Praça Onze de Junho, place publique aujourd’hui détruite qui se situait jusqu’en 1942 dans le centre de Rio de Janeiro, offre une illustration, si besoin était, de ce que la notion de « mise en intrigue » chère à Paul Ricœur ne saurait être précieuse qu’aux historiens : les anthropologues s’y retrouvent également.

Considérée comme le lieu de naissance de la Samba, la Praça Onze a servi tout au long du XXe siècle d’écran sur lequel ont été projetés différents récits des origines (origines du carnaval de Rio de Janeiro, origines de la Samba). Ces derniers ont contribué à la fabrication de l’histoire d’une partie de la ville comme à celle de l’histoire de la musique populaire brésilienne, mais ils ne se limitent pas à des vecteurs d’identification, de représentation, que l’on peut lire par exemple dans l’important répertoire musical faisant hommage ou référence à la Praça Onze. Le récit de la Praça Onze, en constante fabrication, se déchiffre aussi concrètement : d’une part dans la façon de « faire la musique » et de « pratiquer musicalement la ville » ; d’autre part dans la façon dont a été aménagé le quartier entourant l’ancienne place.

L’idée d’une « réalité », d’une « vérité vraie » de l’histoire de la Praça Onze, à l’opposé de l’idée de sa mise en récit, renvoie à une autre dichotomie épistémologique : celle du « factuel » et de « l’asserté » posée par l’idée d’une existence séparée des objets observés par l’anthropologue et de la connaissance qu’il en prend. Que ce soit à propos des récits de voyages composés dans le temps, ou à propos des faits observés ici et maintenant par l’anthropologue, témoin direct de son temps, la critique des sources s’impose à lui comme à l’historien. L’analyse de la « mise en intrigue » de la Praça Onze-berceau du samba au cours du XXe siècle, se termine ainsi là où commence le déchiffrage de la mise en récit du regard anthropologique d’une ethnomusicologue sur son terrain de recherche, en 2009 à Rio de Janeiro.

Les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire
Séance  du 13 janvier 2010 avec Laura Jouve-Villard (doctorat de Musique à l’EHESS), INHA bibliothèque du CEHTA, 17h.-19h.

De l'image à la légende

Ce billet (aussi sur issuu) propose quelques éléments de méthode et de réflexion autour  d’une question qui paraît au départ très simple : comment légender une image représentant un personnage dans un film ?1 Comment légender ce photogramme par exemple ?

1

Le premier réflexe peut être  d’écrire soit Winona Ryder (le nom de l’actrice), soit Kim Boggs (le nom du personnage). Afin de se rendre compte des limites de ce type de légende, le plus simple est de rester face à l’écran de son ordinateur et de prononcer à haute voix : Winona Ryder puis Kim Boggs. On se rend alors vite compte – devant l’absence de réponse – que l’on est ni en face de l’une ni en face de l’autre, mais devant un écran sur lequel on regarde un photogramme représentant à la fois une actrice et un personnage. On changera donc la légende pour Photogramme représentant Winona Ryder ou Photogramme représentant Kim Boggs.

Continuer la lecture de De l'image à la légende

  1. En fait le principe peut s’appliquer à n’importe quel type d’image en mouvement []