Archives par mot-clé : mis-en-avant

Imagination et Histoire

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu de l’ouvrage co-dirigé par Marie Panter, Pascale Mounier, Monica Martinat et Matthieu Devigne, Imagination et Histoire : enjeux contemporains publié dans La Vie des idées, car il porte notamment sur les enjeux de la narrativité en histoire, ainsi que sur les rapports entre histoire et cinéma, thèmes qui ne devraient pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. Continuer la lecture de Imagination et Histoire

Le temps des humanités digitales

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu de l’ouvrage dirigé par Olivier Le Deuff, Le temps des humanités digitales. La mutation des sciences humaines et sociales publié dans la revue en ligne Lectures, car il porte sur les rapports entre culture et numérique, thème qui ne devrait pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. Il s’articule ainsi avec un texte publié il y a quelques semaines déjà sur Sens Public.

La notion d’humanités digitales (souvent appelées également humanités numériques) correspond à l’intégration des technologies de l’information et de la communication aux différents stades de l’activité de recherche en sciences humaines et sociales (SHS), depuis la veille documentaire jusqu’à la diffusion des résultats scientifiques en passant par le recueil, le traitement et l’archivage des données. Mais les humanités digitales (DH) ne se résument pas à l’utilisation de technologies : elles constituent un véritable champ de recherche qui conjugue une dimension appliquée (développement d’outils et de méthodologies spécifiques) et une dimension plus réflexive, d’ordre épistémologique, dans la mesure où le numérique bouleverse non seulement les savoir-faire de l’activité scientifique, mais aussi ses perspectives heuristiques. L’ouvrage collectif dirigé par Olivier Le Deuff appréhende les humanités digitales à travers les mutations qu’elles induisent auprès des institutions et des différents acteurs impliqués dans la recherche en SHS, soulevant notamment la question de leur statut et de leur place dans le cadre académique, tout comme celle des compétences et des nouveaux métiers qu’elles mettent en jeu. Si une partie introductive réinscrit ce mouvement dans le temps relativement long des liens entre SHS et informatique, c’est par la suite une réflexion sur un processus en cours qui est menée (lire la suite).

Image mise en une Sarah Zhiri, [Hugo Arcier] Mutation # 1 (légèrement recadrée).

Archiver à l’époque du numérique – l’autre coprésence

Vous trouverez ci-dessous la présentation correspondant à une intervention portant sur le projet Archiver à l’époque du numérique, intitulée « un défi épistémologique » (13 juin 2014). Celle-ci prend place dans le cadre de l’atelier international L’autre coprésence co-organisé par Giusy Pisano et Jean-Marc Larrue à l’Université de Montréal.

L’enjeu de cette présentation est de réinscrire ce projet dans le cadre d’un tournant historiographique – dont il est à la fois un symptôme et un vecteur – qui voit un retour de l’archive s’articuler avec ce qui est souvent désigné comme l’ère du témoin (ou de la victime). Cette communication propose donc de relier une réflexion sur des enjeux mémoriels avec un questionnement portant sur les formes de médiation du passé (ici à partir de l’étude de cas d’une archive en ligne).